Un poney torturé à mort à Lasne

La propriétaire lance un appel à témoins pour tenter de retrouver les auteurs. "Je suis anéantie. Je ne peux pas comprendre comment un tel acte peut avoir été commis par un être humain."

Y. N.
Un poney torturé à mort à Lasne

C’est un acte barbare d’une incroyable cruauté qui a été commis, dimanche, à l’égard d’une ponette Shetland paissant dans une prairie de la pourtant paisible campagne lasnoise, en plein cœur du Brabant wallon. La jeune équidé de 4 ans s’est fait scalper, arracher une oreille et couper les mamelles. Elle est décédée de suite de ses blessures

Un acte d’une violence extrême qui laisse aujourd’hui sa propriétaire, Florence Grosjean, complètement sous le choc. "Je suis anéantie, précise la Lasnoise. Je ne peux pas comprendre comment un tel acte peut avoir été commis par un être humain."

Les faits ont eu lieu dans la matinée de dimanche. "Lorsque mon mari et moi nous sommes levés, on a encore aperçu Tam-Tam, précise Florence, la voix éteinte par l’émotion. Puis, on est allé faire une petite balade en famille. À notre retour, tous nos poneys étaient curieusement réunis dans le même enclos alors qu’ils étaient auparavant séparés en deux prairies. J’ai trouvé cela étrange. Je suis donc allée voir ce qui se passait."

Tous les poneys se trouvaient en effet dans la même prairie. Mais Tam-Tam était introuvable. "C’était étonnant car c’est la plus gentille et la plus proche de l’homme. Elle n’est pas fugueuse et aurait dû être l’une des premières à me rejoindre."

Finalement, c’est au fond de la deuxième prairie que Florence la retrouvera, couchée sur le flanc, inerte, avec une profonde entaille à la tête. "Je suis tombée des nues. J’ai d’abord cru à une attaque par un animal mais ma vétérinaire a confirmé que cela ne pouvait être qu’un acte commis par un être humain. Les blessures étaient nettes. Elle avait aussi les gencives blanches, ce qui signifie qu’elle est morte d’hémorragie. Elle a dû énormément souffrir."

Aujourd’hui, Florence, qui a porté plainte, lance un appel à témoins pour tenter de retrouver les bourreaux de Tam-Tam. En fin de semaine dernière, Florence avait retrouvé deux câbles de clôture sectionnés dans sa prairie. Peut-être les auteurs étaient-ils venus repérer les lieux. "Selon moi, il s’agit d’un acte prémédité. Peut-être que les auteurs avaient déjà empoisonné Tam-Tam pour qu’elle soit groggy et se laisse approcher plus facilement. Je ne connais personne qui pourrait être capable d’un acte aussi crapuleux à Lasne."

Désormais, Florence a réuni ses sept autres équidés dans une seule et même prairie, plus petite, de manière à ce qu’ils soient toujours visibles depuis son habitation. "Cela dissuadera peut-être l’auteur de revenir."