Louvain-la-Neuve: la rue Haute veut rester rurale

Les habitants refusent qu’elle devienne une zone de transit vers Ottignies.

Christian Laporte
Louvain-la-Neuve: la rue Haute veut rester rurale
©Google maps

Le projet d’aménagement d’une zone résidentielle à la rue Haute à Louvain-la-Neuve mobilise une partie des habitants de ce qui est un des derniers tronçons historiques de la ville. Cette rue ancienne qui a gardé son nom d’antan est symboliquement importante par la présence de pavés naturels de porphyre des carrières wallonnes et des fameux "Blancs de Bierges" chers à LLN depuis 1972.

Pour les protestataires, le projet, couplé à celui de "Ville cyclable 2015", veut faire de la rue une zone de transit entre Ottignies et Louvain-la-Neuve, notamment pour véhicules cyclables et motocyclables. La Ville récupérerait un solde de 350 000€ sur les fonds publics cyclables wallons, et, y ajoutant 200 000 à 250 000 € de fonds communaux, allouerait quelque 600 000€ pour la "cyclabilité" de transit…

Une consultation peu convaincante

Il s’agit de la seconde version d’un projet qui n’avait guère enthousiasmé les riverains concernés. Une nouvelle enquête est en cours jusqu’au 17 septembre. L’échevin des Travaux, David da Camara (Ecolo), y laisse le choix entre deux propositions qui toutes deux supposent une "zone résidentielle" et… la possibilité de ne choisir ni l’une ni l’autre.

Le "hic" est que sur 351 personnes consultées dans un rayon de 100 m, 28 seulement ont marqué un intérêt pour l’un d’eux, soit moins de 8 % de soutien.

Dans un communiqué, un groupe d’habitants rassemblé autour de Philippe de Briey s’oppose au projet mais aussi "au gaspillage d’argent public consacré à un projet inutile". Pourquoi ? "Le montant de l’argent public est totalement inacceptable en cette période de grandes difficultés économiques." Pour les signataires, "ce projet couplé à celui de ‘Ville Cyclable 2015’ est en contradiction flagrante avec la priorité absolue donnée aux habitants et aux piétons et avec une circulation essentiellement locale, ces deux points étant caractéristiques de la réglementation propre aux zones résidentielles qui rejette toute forme de circulation de transit". Puis il existe déjà des voies cyclables de transit (Bois des Rêves ou Rue de Mont-Saint-Guibert vers le centre de Louvain-la-Neuve par le Lac ou le boulevard de Lauzelle vers les quartiers Hocaille ou Lauzelle), ainsi que des voies cyclables prévues dans le futur (Route de Blocry ou boulevard de Lauzelle vers le futur Centre sportif de haut niveau). Qui plus est, le projet sacrifierait deux placettes piétonnes appréciées de Louvain-la-Neuve. Cela supprimerait aussi de nombreuses possibilités de stationner dans la rue.

Contre-propositions constructives

Les habitants s’interrogent aussi sur la durée des travaux mais restent constructifs et proposent des aménagements raisonnables et souhaitables. "Nous nous demandons pourquoi ces montants publics régionaux (350 000€) ne pourraient pas être réaffectés, équitablement dans des aménagements qui concernent tout le quartier de l’Hocaille dont l’aménagement pour cyclistes et piétons de l’entrée et de la sortie du quartier, promis depuis plus de 5 ans." Ils demandent dès lors "un aménagement de la rue Haute moins coûteux qui préserve le site et son caractère rural historique". Soit "l’aménagement d’une piste continue pour les modes doux; la remise en état des trottoirs et leur stabilisation durable; l’aménagement du carrefour (avec ralentisseurs) de la rue Haute/avenue des Quatre Bonniers; la régulation des emplacements de stationnement en concertation avec les riverains"