Bruxelles: Cinq églises seront, au moins partiellement, désacralisées

Bruxelles: Cinq églises seront, au moins partiellement, désacralisées
©DR
Christian Laporte

Mgr Kockerols confie des églises à diverses communautés étrangères.

Ainsi dit, ainsi fait… L’évêque de Bruxelles avait promis de publier dans la foulée de sa lettre pastorale une note de politique générale de l’archevêché sur le présent et l’avenir des églises dans la région centrale. Mgr Jean Kockerols l’a présentée lundi matin au Vicariat de Bruxelles.

Il en ressort que, contrairement à la situation apocalyptique parfois annoncée, seules 5 églises sur les 110 de la Région bruxelloise sont concernées. Et parmi celles-ci, il n’y aura qu’un minimum de désacralisations puisque seules cinq églises sont visées. Et encore, la désaffectation ne sera que partielle sauf pour St-Vincent-de-Paul à Scheut (Anderlecht) qui se muera en école catholique.

Bref, les fidèles pourront toujours y trouver des célébrations. Les églises concernées sont la Ste-Famille (Helmet), St-Joseph à Dieleghem (Jette) et St-Hubert (Boitsfort), alors que l’avenir de St-François-Xavier (Cureghem) est encore à l’étude. On ajoutera aussi que Mgr Kockerols a confirmé la reconstruction d’une église place Van Meyel à Etterbeek.

Respect total

Pour ce qui est des projets de désacralisation, il a confirmé que la réaffectation est menée de manière respectueuse. Pas question d’installer un dancing dans un ancien lieu du culte. Mais plutôt de répondre aux besoins de logement et d’habitat ainsi qu’à des besoins scolaires ou culturels…

L’évêque de Bruxelles a aussi voulu répondre pleinement aux demandes d’un certain nombre de communautés religieuses catholiques étrangères. Entre autres, Ste-Thérèse d’Avila (Schaerbeek) est ainsi confiée à la communauté chaldéenne catholique alors que Ste-Marie Mère de Dieu (Forest) est mise à la disposition des catholiques philippins et St-Antoine de Padoue (Forest) confiée aussi aux catholiques brésiliens.

Visées œcuméniques

L’Eglise de Bruxelles jouera aussi pleinement la carte du véritable œcuménisme puisque plusieurs églises seront confiées à des paroisses ou des communautés orthodoxes roumaine, serbe ou polonaise alors que l’église Notre-Dame de Blankedelle voit son affectation partagée avec une paroisse protestante anglophone. Il est plus difficile, du moins pour le moment, d’envisager des affectations avec d’autres courants religieux. Rien n’est du reste prévu mais ça n’empêchera pas de continuer à jeter des ponts avec les autres religions du Livre…

Les documents dont question peuvent être consultés sur www.catho-bruxelles.be

Sur le même sujet