In BW : deux intercommunales en une

La fusion de l’IECBW et de l’IBW devrait porter le nom de "In BW".

Natelhoff Yannick
In BW : deux intercommunales en une

La fusion de l’IECBW et de l’IBW devrait porter le nom de "In BW".In BW. Ces quatre lettres feront officiellement leur apparition sur les en-têtes de l’IECBW et de l’IBW à partir du 1er janvier 2018. Les deux intercommunales - qui gèrent pour la première la distribution de l’eau dans 12 communes du BW, et pour la seconde la gestion des déchets, l’épuration des eaux usées, le crématorium de Court et les parcs d’activité économique de la province - ont en effet entamé un processus de fusion.

Lequel devrait être acté par les assemblées générales des deux intercommunales en décembre, pour une fusion officielle en janvier.

Si celle-ci entraînera irrémédiablement une diminution des administrateurs de 55 actuellement à 30 voire 25, il ne faut pas y voir des conséquences de l’affaire Publifin.

Vieille initiative

"L’initiative remonte à il y a un an, lorsqu’Anne Masson (NdlR : présidente de l’IECBW et vice-présidente de l’IBW) m’a contacté pour envisager une entrée de l’IBW dans le capital de l’IECBW afin de stabiliser l’actionnariat et créer une minorité de blocage, précise Pierre Boucher, président de l’IBW. Après analyse approfondie, nous avons conclu qu’une fusion serait plus adéquate."

Point question donc de laver plus blanc que blanc mais bien de réaliser des économies d’échelle : si la diminution du nombre d’administrateurs permettra une économie annuelle de 150 000 euros, ce gain ne serait en effet que "pelliculaire puisqu’il ne représente qu’un millième du chiffre d’affaires de l’IBW", selon le directeur-général Baudouin Le Hardy.

Economies d’échelle

Ce dernier précise par contre que la fusion permettra en réalité d’économiser plusieurs millions d’euros par an notamment en réalisant des économies d’échelles sur les marchés publics.

Au final, la nouvelle intercommunale jouira d’un pied de bilan estimé à 450 millions d’euros et d’un chiffre d’affaires annuel de 130 millions d’euros.

Quant aux 450 personnes travaillant actuellement au sein de l’IBW et de l’IECBW, elles devraient conserver leur emploi, assurent les responsables des deux intercommunales.