Le bourgmestre de Nivelles insulté en plein mariage

Un fauteur de troubles a débarqué samedi en pleine cérémonie à la salle des mariages

Le bourgmestre de Nivelles insulté en plein mariage
©DE VOGELAERE

Un fauteur de troubles a débarqué samedi en pleine cérémonie à la salle des mariages

On sait que les mariages sont pleins d’imprévus, mais les mésaventures ne sont pas censées commencer à l’hôtel de ville, avant même l’échange des consentements. C’est pourtant ce qui est arrivé à un couple dont l’union a été célébrée samedi par le bourgmestre Pierre Huart. Alors que la salle des mariages était bondée et que la cérémonie avait commencé, un homme a débarqué dans la salle des mariages en hurlant des insultes envers le maïeur aclot. Il était virulent et si certains invités ont été stupéfaits, certains ont carrément eu peur que ça tourne mal.

Après cet incident , le bourgmestre a contacté le chef de la zone de police et il a été convenu qu’une plainte serait déposée cette semaine. C’est que le perturbateur est connu et n’en est pas à son premier "exploit" du genre… "Lorsque je suis en rue et que je le rencontre, il a l’habitude de m’insulter, confirme Pierre Huart. Il m’a également lancé des canettes à la figure à plusieurs reprises. Il m’a toujours raté, sauf au dernier carnaval lorsqu’il m’a frappé par derrière avec une bouteille de Coca. Samedi, il a vraiment terrifié certaines personnes en hurlant !"

Le maïeur aclot a déjà déposé une plainte dans le passé contre ce personnage qui a déjà comparu devant la justice nivelloise pour divers faits commis en ville et même au sein du palais de justice, où il avait volé un jugement le concernant après avoir consulté le document au greffe. "Je suis habituellement un peu tolérant : recevoir des injures, on pourrait dire, même si c’est malheureux, que ça fait partie du boulot, indique encore le bourgmestre. Même des menaces envers moi, je peux gérer… Mais ici, terrifier le public, ça ne va plus. Je vais être auditionné par la police cette semaine : il faut vraiment que cela cesse."