Les ponts de Lillois doivent être sécurisés

Les ponts de Lillois doivent être sécurisés

La commune a interdit le passage sous deux ponts de la ligne 124 et alerté Infrabel.

Depuis la semaine dernière, les automobilistes qui circulent dans les rues du Berger ou dans la rue Rivelaine, à Lillois, doivent faire un détour en arrivant à proximité des deux ponts qui permettent aux usagers de ces deux voiries de passer sous la ligne de chemin de fer Nivelles-Bruxelles. Des barrières Nadar et une signalisation pour interdire le passage par ces ouvrages d’art ont en effet été mises en place à l’initiative de la commune de Braine-l’Alleud.

Rien d’inquiétant à ce stade, nous confirme l’échevin de la Mobilité, Henri Detandt. Mais il a été observé que de petits morceaux de briques s’étaient détachés de ces ponts, sans doute à la suite du dégel. Infrabel a donc été alertée : les services communaux ont prié le propriétaire de ces ponts de sécuriser les lieux afin de pouvoir rétablir la circulation sans risque, le plus rapidement possible.

Uniquement pas précaution

"Le pont ne va pas s’effondrer, il n’y a pas de problème de stabilité", rassure Henri Detandt alors que certains habitants se posent des questions. "Nous avons juste voulu prendre des précautions pour qu’une voiture ne se retrouve pas avec un morceau de brique sur le pare-brise. C’est un phénomène relativement fréquent avec ces vieux ponts qui ont été construits en même temps que la ligne 124, donc il y a plus de cent cinquante ans. Les briques se gorgent d’eau et il arrive, avec le dégel, que certains morceaux sautent. Il suffit de peigner le pont et de refaire la maçonnerie avec un mortier dur ou des injections locales."

C’est donc uniquement par précaution que le passage est interdit temporairement sous les deux ouvrages d’art. Lesquels ne devraient de toute façon pas durer encore de nombreuses années puisqu’il est prévu, dans le cadre de l’arrivée du RER et de la mise à quatre voies de la ligne 124 à Lillois, de les démolir pour les remplacer par des infrastructures modernes.

Les responsables d’Infrabelont été mis au courant du problème et n’ont pas encore réagi. L’échevin brainois des travaux et de la mobilité a décidé de les relancer hier matin, en espérant qu’ils puissent apporter les réparations nécessaires à la réouverture de la voirie pour la fin de cette semaine.