Déchets d’amiante abandonnés : une facture plus que salée

Déchets d’amiante abandonnés : une facture plus que salée
©Olivier Pirard

Un premier devis demandé pour traiter un dépôt clandestin avoisine les 16 000 euros.

Si un peu partout en Wallonie, y compris à Villers-la-Ville, des volontaires ont ramassé les déchets le long des routes le week-end dernier pour rendre le cadre de vie plus agréable, tout le monde n’est manifestement pas animé d’aussi bonnes intentions. Dans la nuit de samedi à dimanche, un camion dont la benne était remplie de matériaux de construction, surtout des débris de toiture, a été déversé au milieu du chemin de la Chabarette.

"Lorsque je suis passé par là samedi après-midi, il n’y avait encore rien", confirme le bourgmestre Emmanuel Burton, qui cultive des terres dans les environs. Mais depuis la découverte de ce dépôt clandestin dimanche, ce petit chemin situé entre Marbais et Dreumont est interdit à la circulation.

"Ce chemin est interdit d’accès jusqu’à ce qu’une entreprise agréée procède à l’enlèvement et à la décontamination de la zone. Ne prenez pas de risque, n’enfreignez pas l’interdiction, optez pour un autre itinéraire", indique un panneau placé sur les barrières Nadar qui barrent désormais les accès des deux côtés du petit chemin.

C’est que parmi ces débris abandonnés au beau milieu de la campagne se retrouvent notamment des plaques de toiture contenant de l’amiante. Vu la dangerosité de ce matériau, la commune ne peut pas procéder elle-même à l’évacuation de ce dépôt clandestin de plusieurs mètres cubes.

La législation impose de faire appel à une firme spécialisée pour décontaminer la zone, emporter les matériaux et les traiter de façon adéquate. Un premier devis est rentré mercredi à la maison communale. L’entreprise demande… plus de 16 000 euros.

Si les dépôts de déchets de construction sont malheureusement courants dans les chemins de cette commune rurale, l’abandon de déchets avec de l’amiante semble être une première. Le bourgmestre Emmanuel Burton espère que d’autres devis seront un peu plus doux mais dans tous les cas de figure, la collectivité devra assumer ce coût de plusieurs milliers d’euros.

Pour tenter d’identifier l’auteur de cet acte incivique, une plainte a été déposée et il n’est pas exclu que certains éléments permettent de remonter jusqu’à un suspect…