Les agriculteurs brabançons très inquiets: "Sans exportations, on va droit dans le mur"

Agriculteur à Ways, Pierre Vromman tire la sonnette d’alarme.

Sarkis Geerts
Les agriculteurs brabançons très inquiets: "Sans exportations, on va droit dans le mur"

Agriculteur à Ways, Pierre Vromman tire la sonnette d’alarme.

Déjà avant la crise sanitaire, le monde agricole tirait la langue. Quelques semaines avant l’arrivée du virus chez nous, la Fédération des jeunes agriculteurs (FJA) menait une action, à Nivelles notamment, pour dénoncer la vente de viande bovine à des prix cassés, censés attirer les clients.

Aujourd’hui, le boulot ne manque pas dans les fermes, mais les premiers effets de la crise se font déjà ressentir. En témoignent ces immenses monticules de pommes de terre invendues que l’on retrouve de plus en plus. "La Belgique est le plus gros exportateur de frites, mais sans les exportations ni l’Horeca, on reste avec un paquet de patates sur le dos, lance Pierre Vromman, agriculteur à Ways et président de la section Nivelles-Genappe de la Fédération wallonne de l’agriculture (FWA). Le secteur du lait et de la viande bovine, c’est pareil. La Belgique exporte plus de la moitié de sa production laitière. Si ça continue comme ça, on va droit dans le mur. On a déjà stocké une partie du lait, pour diminuer l’offre sur le marché, et le prix est passé à 28 euros/tonne, alors qu’on tourne habituellement autour des 30-35 euros/tonne."

Dans ce contexte déjà très compliqué pour le secteur, la dernière campagne de Gaia, l’association de défense des animaux, fait bondir le monde agricole. Celle-ci appelle à la fermeture des "marchés humides" et des marchés d’animaux sauvages, d’où serait issu le coronavirus. Sauf que sur l’affiche, outre un pangolin et une chauve-souris, on peut voir une vache et un cochon, portant des affichettes "maladie de la vache folle" et "peste porcine". "C’est d’une bassesse et d’une lâcheté sans nom. On n’avait pas besoin de ça. On est un des pays les plus contrôlés en termes de bien-être animal. On invite Gaia à venir visiter le bien-être de nos animaux."

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...