Une réouverture des parcs d’attractions le 1er août ? Un rapport inquiète Walibi: "Cette incohérence semble absurde"

Un article paru dans un média spécialisé inquiète les parcs d’attractions belges.

T.VH
Une réouverture des parcs d’attractions le 1er août ? Un rapport inquiète Walibi: "Cette incohérence semble absurde"
©BELGA

Un article paru dans un média spécialisé inquiète les parcs d’attractions belges.

Nous vous en parlions la semaine passée, les parcs d’attractions belges se préparent doucement à la reprise. Si le CNS de ce mercredi devrait donner une réponse au secteur, un article paru sur le site internet looopings.nl, source de référence néerlandaise sur les parcs d’attractions, provoque l’inquiétude de la direction de Walibi. Dans l’article, on mentionne un avis destiné au Conseil national de sécurité qui vise à reporter le redémarrage des parcs d’attractions belges au 1er août. “ L’annonce suscite l’incrédulité de la direction de Walibi Belgium en raison de l’incohérence de cette éventuelle décision. Dans nos pays voisins, des parcs ont ouvert, ou sont sur le point de rouvrir. La réouverture des frontières belges est également prévue pour le 15 juin. Les Belges pourront donc se rendre dans les parcs d’attractions des Pays-Bas, de France et d’Allemagne, mais pas dans leur propre pays. Cette incohérence semble absurde et serait dramatique pour le tourisme belge. Toutefois, nous avons pleinement confiance en la sagesse de la décision du Conseil national de sécurité ”, indique Jean-Christophe Parent, CEO de Walibi.

Comme nous l’avions indiqué, Walibi est prêt à garantir la sécurité des visiteurs, avec un plan précis et prêt à déployer. Il en va d’ailleurs de la santé financière du parc qui a déjà perdu entre 7 et 8 millions d’euros depuis le début de la crise. “ Il faut relancer le tourisme dans notre propre pays. Walibi est le deuxième site touristique de Wallonie. Notre objectif est d’ouvrir le parc, en respectant toutes les mesures de sécurité, d’ici mi-juin ”, rappelle le CEO.

Réponse dans quelques heures donc, mais l’inquiétude est grande.