Quand le patron s’en prend à son ancien stagiaire à Waterloo

Suspension du prononcé pour un chauffagiste et enseignant qui n’a pas pu se maitriser

Quand le patron s’en prend à son ancien stagiaire à Waterloo
©DR
V.F.

En février 2019, un chauffagiste qui donne aussi des cours à des jeunes qui veulent apprendre la profession s’est retrouvé en compagnie de plusieurs de ses stagiaires dans un restaurant de Waterloo. Un ancien stagiaire était également présent sur place. Après avoir passé plusieurs mois sous la houlette de ce formateur trentenaire, à qui il avait été recommandé par son frère, il a préféré remettre son préavis.

Et il a abordé les autres stagiaires en dénigrant cet ancien employeur, qu’il qualifiait publiquement de « mauvais patron ». L’homme a pris la mouche, lui a fait remarquer que le linge sale se lavait en famille et que s’il voulait parler de sa mauvaise expérience chez lui, ils pouvaient sortir tous les deux de l’établissement pour en parler.

Ils sont effectivement sortis, le ton est monté, ils se sont empoignés mutuellement et l’homme a frappé son ex stagiaire à plusieurs reprises. La scène a été filmée, la victime a perdu une dent et a dû être emmenée à l’hôpital. Il a subi une incapacité de travail de 11 jours. Une plainte a été déposée et le chauffagiste s’est retrouvé sur le banc des prévenus du tribunal correctionnel pour s’expliquer sur son attitude.

« Je ne nie pas les coups, je les regrette, a-t-il précisé. Ce qui s’est passé n’est pas du tout représentatif de mes valeurs et de ma vie. Je suis enseignant aussi, j’ai l’habitude de gérer des stagiaires. Là, le ton est monté, et ma réponse a été plus forte que l’acte qui avait été commis, je suis d’accord. »

Du côté du ministère public, on a souligné l’absence d’antécédents du prévenu mais aussi le fait qu’il n’y avait aucune légitime défense. Une peine de travail de 80 heures avait été requises.

Le jugement qui vient d’être prononcé est plus clément: le chauffagiste s’en tire avec une suspension probatoire du prononcé, l’obligeant à suivre une formation à la gestion de l’agressivité.