Tensions chez GSK: la réunion avec la direction a tourné court

Les syndicats ont quitté la réunion ce mardi matin, estimant ne pas avoir été entendus.

Tensions chez GSK: la réunion avec la direction a tourné court
©Geerts

La réunion entre les syndicats et la direction de GSK a tourné court ce mardi matin. Il s’agissait d’apaiser les tensions sociales qui secouent l’entreprise depuis plus d’une semaine, suite à la décision de la direction de calquer les primes annuelles des ouvriers et des employés sur celles des cadres. "Chacun a fait savoir sa position, ça a été très tendu dès le début, explique Imdat Gunes, délégué principal FGTB chez GSK. Les syndicats ont décidé de quitter la réunion, le temps que tout le monde reprenne ses esprits. Disons que c’était un round d’observation qui n’a abouti à rien."

Suite à cette déconvenue, le délégué syndical annonce un durcissement du mouvement dans les prochains jours. Alors que les travailleurs bloquaient jusqu’à présent un bâtiment de production par jour, les syndicats annoncent le blocage quotidien de deux bâtiments, sur les sites de Wavre, Rixensart et Gembloux.

D'après les syndicats, la non reconduction de la convention collective 90 et la modification de l’octroi de la prime annuelle représenterait une perte nette d'au moins 1.000 euros dans la poche des travailleurs. Ils estiment que ce nouveau système laissera la direction libre de fixer des objectifs flous, voire impossibles à atteindre.