Emporté par une rivière à Ittre, le corps d’Emmanuel a été retrouvé

Il n'a pas fallu plus d'1h30 pour retrouver le corps d'Emmanuel, emporté par une rivière à Ittre.

Les chances de retrouver Emmanuel Meeûs encore en vie étaient très minces. Disparu depuis deux jours, après avoir été emporté par une rivière en crue à Ittre, l’homme a vraisemblablement été aspiré dans le réseau d’égouttage qui mène au canal Bruxelles-Charleroi, ce qui laissait peu d’espoir sur la possibilité de le retrouver sain et sauf. Les recherches entamées ce mardi ont malheureusement confirmé ce que beaucoup redoutaient : l’homme de 62 ans est bel et bien décédé, son corps sans vie ayant été retrouvé dans le canal.

Pour rappel, l’homme de 62 ans effectuait des travaux d’élagage dimanche en fin d’après-midi en face de sa propriété de la rue de Bornival lorsqu’il se serait fait emporter par le Ry de Fauquez en crue, un ruisseau qui se jette dans le canal. C’est sa compagne qui a appelé les secours, ne le voyant pas revenir alors que ses outils avaient été abandonnés sur place.

placeholder
© IPM


Dès dimanche soir, et jusqu’à 1 heure du matin, les pompiers, policiers et services communaux avaient tenté de retrouver l’infortuné, sans succès. La cellule des personnes disparues et la Protection civile avaient pris le relais lundi matin et ont mené d’intenses recherches dans le réseau d’égouttage jusqu’à 18 heures. Ce mardi matin, vers 10 heures, la Protection civile et la police ont orienté les recherches dans le canal. Ils ont déployé un bateau équipé d’un sonar pour sonder le canal et un second avec des plongeurs à son bord. L’hélicoptère de la police fédérale a à nouveau été mobilisé.

Cette fois, les recherches ont été plus succinctes. Peu après l’entame des opérations, vers 11 h 20, la police a retrouvé un corps sans vie, juste après le pont, proche de la conduite où l’homme aurait été aspiré. Les policiers ont invité les journalistes présents sur les berges à quitter les lieux avant la repêche du corps, sans donner davantage d’informations. Mais la localisation de la découverte du corps et les sanglots de la famille située de l’autre côté des berges laissaient peu de place au doute.

placeholder
© GEERTS

Le corps a été ramené vers le “camp de base” dressé le long du canal, vers Ronquières, pour pouvoir procéder à son identification. Le médecin légiste, dépêché sur place par le parquet, a rendu ses conclusions peu avant 15 heures. “L’identité du corps repêché dans le canal est confirmée. Il s’agit bien de cette personne, née en 1960, disparue dimanche. La thèse accidentelle est également confirmée”, commente la porte-parole du parquet du Brabant wallon, qui salue la collaboration entre les services de police, les pompiers et la Protection civile.

Une triste découverte qui met fin à deux jours de recherches compliquées et douloureuses pour la famille, qui va pouvoir faire son deuil.