La transparence des autorités communales de Perwez remise en question

Cumuleo et Transparencia déplorent le choix de ne pas publier les projets de délibération du conseil

placeholder
© REPORTERS/BELGA
J.Br.

Pas toujours simple, pour un citoyen lambda, de suivre un conseil communal en direct. Et c’est encore parfois plus compliqué de comprendre les débats, tant tout est préparé en amont par les édiles. Alors, pour tenter d’apporter un peu de clarté à ces joutes verbales, Cumuleo et Transparencia ont émis le souhait que les autorités communales affichent, avant la tenue de la séance du conseil, un projet de délibération des différents points. Une proposition qui n’a pas été reçue avec l’enthousiasme attendu, comme à Perwez où le refus est catégorique. "Nous avons reçu une décision du Collège qui refuse l’accès au projet, explique Christophe Van Gheluwe, fondateur de Cumuleo. Motif invoqué : un risque de méprise. Je trouve que c’est plutôt méprisant qu’un risque de mépris."

Et de s’interroger sur le choix de l’échevine de la Participation et de la Citoyenneté de Perwez, Véronique de Brouwer (Ecolo). "Comme c’est une majorité MR, parfois, Ecolo est un peu embêté de prendre ce genre de décision mais dans ce cas-ci, c’est pleinement assumé. Je trouve cela très interpellant." Contrairement à Tubize par exemple, ces projets de délibérations des conseils communaux ne sont donc pas disponibles à Perwez, ce que ne comprend pas Christophe Van Gheluwe. "Sans ces documents, c’est compliqué de suivre un conseil communal avec un ordre du jour lacunaire. Personnellement, je ne vois pas du tout quel est le problème de publier ces projets et cela permettrait peut-être même à la population de s’impliquer un peu plus en politique. Le motif du risque de mépris est ridicule."

« Une décision unanime »

Pointée du doigt par Christophe Van Gheluwe, la Perwézienne Véronique de Brouwer revient sur cette polémique. "Pour commencer, c’est une décision unanime et tout le monde était d’accord sur ce choix. En revanche, j’ai été stupéfaite d’être pointée du doigt de cette manière alors que la décision est unanime et prise en concertation avec la directrice générale qui en a parlé à d’autres directeurs généraux."

Pour l’échevine de Perwez, la participation est déjà assez importante dans la commune et les conseillers sont disponibles pour répondre aux questions des Perwéziens. "La participation citoyenne, on la vit tous les jours, enchaîne Véronique de Brouwer. De notre côté, on ne voit pas ce que ce document pourrait apporter d’autant plus qu’on n’a pas eu la moindre demande en ce sens de la part de la population. Nous sommes ouverts aux citoyens pour discuter des différents dossiers et nous sommes transparents."

A l’heure actuelle, des travaux sont en cours au sein du Parlement wallon afin de prendre une décision claire sur ces projets de délibération. "Pour l’instant, nous nous conformons à la loi et s’il y a des changements, nous les appliquerons. Aujourd’hui, on ne compte pas changer notre position et d’ailleurs, pour en avoir discuté avec d’autres communes qui ont fait ce choix, certaines d’entre elles le regrette", conclut la Perwézienne.