Inondations à Wavre: la Dyle poursuit sa décrue, le pont de Limal reste fermé (PHOTOS+VIDEO)

Avec un débit qui a atteint 35 m³/seconde, la Dyle s'est déchaînée sur Wavre.

Ce vendredi est une journée qui restera très longtemps dans les mémoires des Wavriens. Jamais le centre-ville ne s’était retrouvé inondé de la sorte. Et peu de personnes auraient pu prédire que le centre-ville, à l’aube, allait se retrouver noyé sous 1,5 mètre d’eau.

Jeudi en fin d’après-midi, la Dyle est sortie de son lit et a entamé une lente crue pour atteindre le pic record de 3,78 mètres vendredi à 7 heures. À titre de comparaison, la rivière ne mesure que 60 cm en temps normal. Avec la force du courant - 35 m³/seconde ! - deux à trois ponts présentaient des signes d’inquiétude mais aucun n’a finalement cédé. L’hypercentre s’est retrouvé complètement sous eau, depuis la moitié de la rue du Pont du Christ, jusqu’à la place Bosch et du boulevard de l’Europe jusqu’au carrefour du Fin Bec. Le centre sportif Justin Peeters a également été complètement noyé.

placeholder
© Geerts


placeholder
© Geerts

Bloqués chez eux, de nombreux habitants ont dû être évacués par les services de secours. Les riverains du quai des Tanneries qui se trouvaient encore chez eux ont été invités à quitter leur logement. Les pompiers de Wavre sont intervenus avec un zodiac, tenu par un treuil en amont, pour procéder aux évacuations dans un torrent impressionnant. Ils ont notamment aidé Ariane, qui s’est fait surprendre par la montée rapide des eaux. “La maison commençait à trembler avec la force du courant, et l’eau tapait contre la porte d’entrée qui est vitrée, on s’attendait à ce que ça lâche, confie-t-elle juste après son évacuation. Je n’ai pas su sortir de chez moi car tout est monté très vite. On n’imaginait pas que ça allait monter aussi haut et que ça allait descendre aussi lentement.”

placeholder
© Geerts


David et Estelle habitent, eux aussi, au quai des Tanneries mais ils sont sortis jeudi soir, avant qu’il ne soit trop tard. “On est dégoûtés, on vient de repeindre, il n’y avait plus rien à faire dans la maison. On a vu l’eau passer au-dessus du mur, vers 23 heures, et on a décidé de partir. On a eu le temps de sortir notre nouveau canapé, la télé, et le reste on l’a mis en hauteur.”

placeholder
© Geerts


D’autres Wavriens ont été évacués par des amis, comme Salima qui habite au-dessus des brasseries Maxime. Elle a fait appel à son amie, Nadia, pour l’aider à transporter ses enfants sur un matelas gonflable. “On n’a plus d’électricité dans l’appartement. Comme on ne sait pas combien de temps ça va durer, et pour ne pas tremper les enfants, j’ai fait appel à ma meilleure amie qui a amené son matelas gonflable pour transporter les enfants.” Au total, dix adultes et quatre enfants ont été pris en charge aux centres d’accueil mais ont pu trouver un hébergement. Trois personnes ont été relogées dans des hôtels.

placeholder
© Geerts

La décrue, très lente a démarré vers 7 heures. L’eau quittait peu à peu le centre-ville vendredi soir, tandis que Limal était déjà libérée. Un retour à la normale est espéré pour ce matin. Le pont de Limal restera fermé encore quelques jours, le temps que l’on procède à une analyse de stabilité. Des conteneurs seront placés pour les déchets liés aux inondations à Limal, au quai aux Huîtres, des Tanneries, place Bosch et place Cardinal Mercier.

placeholder
© Geerts