Rixensart: le comité de riverains pour un projet local à la place du McDo

Les riverains restent toutefois persuadés que McDonald’s n’a pas dit son dernier mot.

Rixensart: le comité de riverains pour un projet local à la place du McDo
© VBG
Gérald Vanbellingen

Le comité de riverains opposé au projet du McDonald’s à Rixensart le clame depuis le départ : ils ne sont pas en croisade contre le concept de la malbouffe mais bien contre les nuisances générées par l’hypothétique restaurant McDonald’s.

Et si la récente décision du ministre Borsus a évidemment été saluée avec enthousiasme par ces derniers, ils ne veulent pas crier victoire trop vite. Car ils restent persuadés que McDonald's n'a pas dit son dernier mot.

Pourtant, les options à disposition de la chaîne de restauration rapide ne semblent pas légion. Soit ils décident d’intenter un nouveau recours au Conseil d’État cette fois-ci, soit ils abandonnent ce projet, soit ils en présentent un nouveau plus modeste et adapté au lieu. Une dernière solution dont le comité ne veut pas entendre parler.

"Un projet plus petit ? Ça ne résoudrait pas les problèmes de mobilité que le restaurant va engendrer, explique un membre du comité. La zone est déjà surchargée en ce moment, avec de longues routes étroites qui convergent vers le rond-point. Avec le McDo, ça deviendrait plus pénible encore. Et comme on imagine qu’ils ne pourraient pas se passer d’un drive-in, un projet plus petit ne résoudrait en rien les problèmes potentiels."

Au lieu de ça, le comité espère qu'un projet à l'accent local puisse se mettre en place. "On a des enfants, on comprend qu'un lieu comme le McDo donnerait un plus avant ou après une séance de cinéma par exemple. Mais il y a des alternatives locales comme Rix'en Frites ou Burger et Tartines (Le Cercle du Griffon, NdlR) au Quai du Tram. Ce sont de chouettes projets menés par des locaux et pas par une énorme structure comme McDo. Il y a certainement moyen de développer la même chose à cet endroit-là. Un projet qui aurait des retombées positives pour le coin et par exemple pour le Ciné Centre, sans toutes les nuisances engendrées par un projet aussi grand que ne l'est le McDo imaginé."

Une idée bien dans l’air du temps qui ne doit toutefois pas faire oublier une réalité : le terrain visé par le projet est privé et son propriétaire seul juge de voir ce qui peut s’y développer ou non.

Sur le même sujet