80 paracommandos, exfiltration du bourgmestre par hélicoptère... Un exercice militaire grandeur nature à Nivelles

Dans le cadre de l'exercice militaire "Nemesis", le centre de Nivelles a vécu un petit matin agité.

Belga

Environ 80 paracommandos se sont infiltrés dans l'hôtel de ville et le bâtiment de la Poste en réaction à une (fausse) prise d'otage du (vrai) bourgmestre Pierre Huart, lors de son arrivée à l'hôtel de ville vers 05h00 du matin. Vers 07h15, le maïeur a pu être exfiltré grâce à l'intervention d'un hélicoptère, qui s'est posé sur la Grand-Place. Une fois l'opération terminée, les 250 militaires du 2e bataillon de commandos de la Défense ainsi que les soldats français du 8e régiment parachutiste d'infanterie de marine qui participaient à la manœuvre ont été récupérés non loin de là, sur le terrain de football du collège Sainte-Gertrude, par plusieurs hélicoptères.

L'objectif de l'exercice était de mener une opération spéciale en conditions réelles dans un milieu civil. D'après les premiers éléments recueillis sur place, l'opération s'est bien déroulée.

"Nemesis" aura également permis durant trois jours au 2e bataillon de commandos belge et au 8e régiment parachutiste français, jumelés, de travailler de concert.

Après l'exfiltration du bourgmestre de Nivelles, l'exercice doit se poursuivre notamment dans les airs, avec un F16 chargé d'inspecter une zone complexe. Environ 90 soldats devront ensuite récupérer une "cible" identifiée à la suite d'un travail de renseignement mené depuis plusieurs jours.