Recherches interrompues dans le cadre de la disparition inquiétante d'un policier bruxellois à Rebecq

Frédéric Gonzalez Moradiellos a disparu ce mardi 5 juillet.

Belga
Recherches interrompues dans le cadre de la disparition inquiétante d'un policier bruxellois à Rebecq
©Police & Belga

Les recherches ont été interrompues dans le cadre de la disparition inquiétante d'un policier à Rebecq, a annoncé lundi soir le procureur du Roi du Brabant wallon.

Frédéric Gonzalez Moradiellos a quitté, le mardi 5 juillet vers 10h00, son domicile situé le long de la rue du Petit-Bruxelles, à Rebecq. Depuis, il ne s'est plus manifesté.

Affecté à Ixelles, le policier âgé de 35 ans est membre du personnel de la zone de Bruxelles-Capitale. Il avait tout récemment déménagé dans le Brabant wallon et gardait donc de nombreuses attaches bruxelloises.

Des battues

D'importantes recherches et de nombreux autres devoirs d'enquête ont été réalisés, durant près d'une semaine, dans le Brabant wallon et en région bruxelloise, pour tenter de retrouver le disparu.
Entre autres opérations, une quarantaine d'agents de la Protection civile et une vingtaine de policiers ont fouillé le bois situé à proximité du cimetière de Quenast. Un hélicoptère de la police fédérale et un drone ont également été déployés.
La cellule des personnes disparues de la police fédérale a été saisie jeudi dernier et une battue a encore été organisée dimanche dans l'entité de Rebecq.
Les recherches pour tenter de retrouver Frédéric Gonzalez Moradiellos sont à présent interrompues.

Le dossier n'est pas clos
"L'enquête auprès de la famille et des proches a été menée, un hélicoptère et des chiens ont été déployés, les exploitations téléphoniques et bancaires ont eu lieu, des recherches sur le terrain ont été effectuées", précise le procureur brabançon wallon, confirmant l'arrêt des opérations.
Le dossier n'est cependant pas clos. "Tout signalement ou tout élément nouveau peut intervenir. Des contrôles seront encore réalisés à des périodes déterminées, mais il n'est plus prévu, à ce stade, d'organiser de nouvelles battues par exemple", conclut le magistrat.
Quant aux circonstances de la disparition, le parquet les situe dans un contexte privé, sans davantage de précisions.