Avec la mort de Jacques t’ Serstevens, l’Église de Bruxelles perd une grande figure

À Bruxelles Il aura marqué des générations de scouts, paroissiens et bénévoles.

BdO
Avec la mort de Jacques t’ Serstevens, l’Église de Bruxelles perd une grande figure

Il ne savait jamais dire non, sa générosité était son grand trait de caractère. À tel point qu'il avait parfois trois engagements en même temps dans son agenda, et que cela pouvait lui jouer des tours", se souvient en souriant le chanoine Luc Terlinden, vicaire général de l'archidiocèse de Malines-Bruxelles et qui eut Jacques t' Serstevens comme aumônier scout puis comme chapelain.

Né à Etterbeek le 9 octobre 1942, ordonné prêtre le 21 juin 1968, celui qui restera une grande figure du diocèse de Malines-Bruxelles est décédé ce mardi 30 août, après avoir eu des problèmes cardiaques ces derniers mois.

Entre écoles, scoutisme et paroisses

En tant que prêtre, la vie de Jacques t’ Serstevens s’est construite autour de trois grandes missions.

L’enseignement fut la première de celle-ci, alors qu’il fut professeur à l’Institut Saint-Boniface, à l’Institut du Parnasse et qu’il prit la direction - de 1981 à 1985 - de l’Institut Saint-Louis à Ixelles. Inspecteur diocésain, il fut aussi responsable d’équipes d’animations pastorales pour lesquelles il insufflait une vision très avant-gardiste.

Sa deuxième grande mission fut son engagement dans le scoutisme. Aumônier général de la Fédération des scouts catholiques durant plusieurs années, il fut aussi aumônier de l'unité Saint-André de Kraainem qu'il aura accompagnée quarante ans, armé de sa "mémoire d'éléphant", "de son sérieux, [de] son sourire malicieux et de ses éclats d'humour", écrivait il y a quelques années Jean-Pierre Lecomte, le cofondateur de l'unité.

"Nous sommes partis au Rwanda avec lui et il vivait pleinement les camps avec nous", ajoute Luc Terlinden qui fut un de ses scouts. "Il nous marquait par son enthousiasme et sa proactivité. C'est lui qui emmena plusieurs bus pour un rassemblement de jeunes à Rome en 1984, rassemblement qui donnera lieu, plus tard, aux Journées mondiales de la jeunesse catholique ."

Prêtre des villes

C’est en 1997 que Jacques t’ Serstevens démarra alors ce qui fut presque une troisième vie en tant que curé de paroisses, doyen et responsable d’unité pastorale à Etterbeek, Ixelles, Boitsfort, Schaerbeek et Woluwe-Saint-Lambert d’où il prit sa retraite en 2017.

Partout où il passa, on se souvient d'un prêtre au charisme marqué et engagé. S'il fut connu, c'est aussi pour les multiples casquettes qu'il était prêt à porter, aux nombreuses sollicitations de familles en vue de mariages et d'enterrements qu'il acceptait, et en tant que chapelain principal de l'ordre de Malte Belgique. "Je me souviens d'un homme attentif à tous, sachant s'adapter dans son écoute et dans sa parole à chacun, que la personne soit jeune ou plus âgée, en situation de handicap ou non, note Ludovic Goffinet, administrateur de l'ordre de Malte Belgique. Il a marqué des générations d'élèves, de scouts et de bénévoles."

"Jacques t' Serstevens était proactif, il allait partout, disait oui à tout, mais c'était aussi un homme très priant, conclut Luc Terlinden. Il fut un modèle pour moi en tant qu'aumônier. Je me souviens lui avoir demandé à l'âge de 15 ans comment prier, et il m'a donné un unique et tout simple conseil qui fut le meilleur qui soit et dont je me souviens toujours : celui de prendre un petit bout d'évangile, de le lire et de le méditer."