Anne Masson remplacera Françoise Pigeolet de ses fonctions de bourgmestre de Wavre

La bourgmestre MR de Wavre, Françoise Pigeolet (à gauche sur la photo) a annoncé sa démission. Elle sera remplacée à cette fonction par Anne Masson (à droite).

La Rédaction

Vendredi midi, Françoise Pigeolet (MR) a annoncé qu'elle démissionnait de ses fonctions de bourgmestre de Wavre pour cause de maladie. "Ma résistance actuelle ne me permet plus d'assurer ma fonction. Je pense que j'ai donné tout ce que j'avais" confiait-elle en direct sur LN24 après 22 ans d'engagement politique pour sa ville. Françoise Pigeolet portait l'échappe mayorale depuis le 31 décembre 2018. Elle avait également exercé cette fonction par le passé en remplacement de Charles Michel, lorsqu'il était nommé Premier ministre et, par la suite, président du Conseil européen.

Le 22 novembre, Anne Masson (55 ans) lui succédera. Cette dernière se dit "prête à passer de l'ombre à la lumière" . L'actuelle première échevine (Finances et Marchés publics), active au sein de l'exécutif local depuis 20 ans, a tenu à remercier Françoise Pigeolet : "Le travail qu'elle a accompli est immense. Je ne peux que saluer le courage de cette décision qui l'honore. Je suis prête à reprendre officiellement le flambeau. Je mesure les responsabilités qui seront les miennes . Je suis une femme de l'ombre, de dossiers. C'est un vrai défi personnel, mais aussi un défi collectif. Et je sais que je peux compter sur une équipe." Anne Masson, exploitante des Cinémas Palace Diamant jusqu'en 2002, sait que la tâche sera ardue, que les temps sont durs. "Les semaines prochaines seront déjà bien remplies avec le budget qui sera présenté en décembre." Et la crise énergétique, qui frappe durement les communes après celle du Covid, ne facilitera pas la tâche de la future bourgmestre. "Ce n'est pas un chemin de roses qui s'ouvre devant nous, confirme Anne Masson à nos collègues de L'Avenir. Contrairement à la crise sanitaire où on avait des perspectives plus optimistes avec les vaccins, ici, ce sont plus que des incertitudes, c'est un horizon complètement bouché. Franchement, ça nous contraint à une nouvelle façon de réfléchir. Notre plan pour la mandature était extrêmement ambitieux. Il devra être revu. La crise énergétique et sociétale va prendre du temps à s'estomper, je le crains." Dans les prochaines semaines, une nouvelle répartition des compétences sera négociée au sein du collège communal, avec notamment l'arrivée d'un nouvel échevin.