Vanessa a bien payé son stationnement. Mais va devoir débourser 30 euros de plus

C'est une mésaventure qui peut prêter à sourire mais dont se serait bien passée Vanessa, une commerçante installée dans le centre-ville de Wavre. Et qui, sauf geste commercial de Streeteo, la société gérant les parkings de la cité du Maca, devrait lui coûter une trentaine d'euros. Le vendredi 27 septembre dernier, la jeune femme s'était stationnée sur le parking des Fontaines, à quelques mètres seulement de son magasin. Histoire d'effectuer un déchargement. "A peine quelques caisses, confie la Wavrienne. Ce n'était l'affaire que de quelques minutes. Je me suis mise à décharger ma voiture."

Pendant ce temps, un ami à Vanessa était allé chercher un ticket de stationnement. Au retour de l'horodateur, Vanessa avait fini son déchargement. Et rangeait ses caisses à l'intérieur de son magasin. "Ma voiture était donc verrouillée et mon ami, voyant que les agents de la société de parking étaient tout près, a apposé le ticket sur le pare-brise du véhicule."

Et c'est précisément ce geste qui posera problème. Au moment de reprendre son véhicule, Vanessa constatera, quelques minutes plus tard, qu'un papillon avait été apposé sur son pare-brise. Un P.-V. (ou plutôt une redevance parking) qui s'élève à 30 euros. Et un motif assez suprenant : le ticket a été apposé à l'extérieur, et non derrière le pare-brise. Il n'est donc pas valable. "Je me suis rendue au bureau de la société qui gère le parking où l'on m'a remballée. Le règlement est clair : je suis en faute. Mais c'est tout de même injuste car j'ai bel et bien payé mon parking. Le ticket mentionne ma plaque d'immatriculation, le jour et l'heure. Mais malgré ça, la société n'a pas daigné changer d'avis."

Contactée, Streeteo n'a pas encore répondu à nos demandes. Pour rappel, cette même société avait verbalisé des dizaines d'automobilistes s'étant stationnés dans le centre-ville de Wavre, lors du premier week-end des soldes d'été, alors que la ville avait indiqué que tous ses parkings seraient gratuits pour l'occasion. Finalement, tous ces automobilistes avaient pu être remboursés.