La remise des labels de la confrérie de la djote, hier soir, lance l’année des 40 ans

Cette année, la confrérie de la tarte al djote fêtera ses quarante ans d’existence. La cérémonie de remise des labels, attendue pour tous les Aclots dignes de ce nom, était organisée mardi soir au Waux-Hall et donnait le coup d’envoi de cette année exceptionnelle.

Pour l’occasion, les confrères ont quelque peu changé la formule et la mascotte Djan Djote, par exemple, n’a pas reçu de costume.

Tradition respectée cependant pour le sketch au cours duquel les confrères brocardent les personnalités de la cité des Aclots.

Le ton a été donné d’emblée par Gaelle Degauquier, déguisée en ouvreuse de cinéma au bas de la scène. "Il y en a un, de monde ici ! On dirait un cinéma qui ouvre pour la première fois !".

Puis se tournant vers le premier rang où étaient installés les élus : "Il y a même le gratin. Enfin, il y a surtout des chicons…"


Le thème de cette édition, "Nivelles a un incroyable talent", a donné l’occasion aux confrères de conjuguer chansons, projections sur grand écran et moments d’émotion pour saluer ceux qui ont marqué l’histoire de la confrérie.

Côté humour, on a eu droit à un Maurice Dehu récitant la tirade des nez avec son accent caractéristique, un Benoit Giroul plus vrai que nature chantant "Pagodes, pagodes, pagodes" à propos des tonnelles de la Grand-Place, ou encore la démonstration d’une incroyable machine à fabriquer des échevins Ecolo. Manque de bol, lorsque Louison Renault l’a testée, il s’est changé… en Robert Vertenueil.

La salle s’est également régalée en entendant la véritable explication dans le choix du nom du nouveau cinéma. Ciné4, comme quatre millions d’euros de coût. À moins que ce soit quatre spectateurs par séance…

Les confrères ont aussi rendu un hommage émouvant sur scène au cofondateur Louis Havaux mais le collège communal avait également préparé une surprise. Lors de son discours de clôture, le bourgmestre Pierre Huart a appelé l’échevin du folklore, Benoit Giroul - le vrai cette fois ! - à le rejoindre. Ensemble, ils ont remis à Louis Havaux un titre de citoyen d’honneur de la ville de Nivelles.

Surprise pour la boulangerie Jacquet

Coup de tonnerre dans le ciel de la djote : installée au firmament de la djote depuis de nombreuses années, la boulangerie Tout au Beurre a été détrônée. Elle conserve ses cinq étoiles mais pas moins de quatre établissements ont réussi à se hisser dans cette catégorie suprême. Exceptionnel pour la qualité de la célèbre spécialité aclote, mais le classement devient extrêmement serré…

Et à ce jeu où les meilleurs jouent des coudes, la boulangerie Jacquet a créé la surprise.

Voici le classement par ordre croissant

Pour les doubles :

L’Union

Le Duc de Brabant

Au P’tit Boulanger

Pour la tarte al djote :

- Une étoile :

Djoterie Alain Blanchart

- Deux étoiles :

Ferme de la Panneterie

Vincent Gossiaux

Asbl Emeraude

- Trois étoiles :

La Taverne Le Duc de Brabant

- Quatre étoiles :

Le Bar à djote

- Cinq étoiles :

Le Chant du Pain

Tout au Beurre

L’Union

Boulangerie Jacquet