Jodoigne

La culture à l’honneur

La ville de Jodoigne a remis ses mérites culturels. Des récompenses qui ont été décernées à des personnalités souvent bien connues du grand public mais, surtout, qui n’avaient pas volé leur mise en avant. A commencer par Jean-Jacques Gaziaux. L’ancien professeur de l’institut Saint-Albert est aussi un passionné de wallon. Sans parler des nombreux ouvrages qu’il a rédigés sur cette langue mais également sur la vie dans la région et à Jauchelette plus particulièrement. Beaucoup plus jeune, Jennifer Vandenhoofden (18 ans) est manifestement attirée par la scène, comme l’illustre sa prestation dans Théâtre sans animaux avec le Jeune Théâtre d’appoint. Aîné de la réception, Jules Etienne a vu sa carrière de chef de chorale et de musicien résumée par le bourgmestre. Des décennies marquées par la passion des instruments et le désir continu d’apprendre de nouveaux modes d’expression. De six ans son cadet, Albert Flahaut a, lui, été applaudi pour son implication pendant plusieurs années au sein de la fanfare de Dongelberg et pour son talent de créateur d’automates et d’orgues de Barbarie. Quant à Simon Renquin, c’est davantage sa motivation à devenir régisseur technique que ses capacités à se retrouver face à un clavier qu’il a reçu un mérite culturel. Yolande Bogaerts, après que la Province l’ait honorée pour son activité au sein du Crabe, a aussi été récompensée. Tout comme l’Histrion Circus a été fêté pour ses vingt années d’existence. Une belle histoire entamée par Michelle Croze et perpétuée par Caroline Becker.