Des enseignes enregistrent déjà une baisse de fréquentation.

Le 21 octobre dernier, le centre commercial Docks Bruxsel ouvrait ses portes après trois ans de construction et près de 30 000 curieux avaient fait le déplacement pour découvrir ce symbole de l’architecture moderne. Les jours suivants, plusieurs problèmes de mobilité avaient été pointés du doigt dont notamment le manque de places dans le parking souterrain.

Ce jeudi après-midi par contre, l’ambiance était plus morose dans le shopping district flambant neuf situé à côté du pont Van Praet. Dans les allées, les clients se font rares. Même les grandes enseignes sont désertées. "Nous planifions chaque semaine le nombre de personnes attendues et ce n’est pas ce que nous avions prévu. Nous constatons une baisse de 50 % voire 60 % de la fréquentation par rapport aux deux premières semaines d’ouverture. Les fêtes approchent pourtant et cela devrait attirer les clients", explique Dimitri, responsable chez H&M.

"C’est quitte ou double"

Même constat dans une autre grande enseigne, qui préfère rester anonyme. "Depuis deux semaines, il n’y a personne dans le magasin. Regardez maintenant, il y a à peine deux clients dans la boutique ! Cela est peut-être lié au fait que durant les deux premières semaines, les gens ont dû faire face à de longues files d’attente aux caisses et au parking et du coup, ils ont eu une première mauvaise impression du shopping, déplore la gérante Isabelle. Heureusement, le samedi rattrape le reste de la semaine en termes de chiffre."

Il est vrai qu’entre la semaine et le week-end, la différence est flagrante. "En semaine on vend environ 50 cupcakes par jour alors que le samedi ça peut aller jusqu’à 700. C’est vraiment quitte ou double. Il n’y a vraiment personne. Il faut faire quelque chose pour qu’on garde notre boulot", ajoute Gaëlle, vendeuse chez Les Cupcakes d’Emilie, qui fait savoir que la location du kiosque revient à 2 500 € par mois. "Je n’ose pas imaginer ce que paient les grandes enseignes."

Du côté du gestionnaire de Docks Bruxsel, Jones Lang LaSalle (JLL), on reste optimiste. "Le mois de novembre est toujours plus calme car c’est juste avant les fêtes. C’est un phénomène normal. Une réunion a lieu avec les commerçants la semaine prochaine pour faire une première analyse des chiffres", commente Katrien Giebens, responsable marketing de l’exploitant.