Des peines de six et huit mois de prison pour s’être introduit de nuit dans une entreprise.

Attirés par les déchets métalliques stockés dans l’enceinte (surveillée) d’une entreprise de Louvain-la-Neuve, quatre hommes d’origine roumaine se sont introduits de nuit sur le site de cette société. L’alerte a été donnée lorsque les caméras thermiques se sont mises en marche, mais aucune image n’a été enregistrée.

Et pour cause : la police qui s’est rendue sur place a croisé la voiture des suspects qui prenait la fuite, et celle-ci a été interceptée alors qu’elle s’apprêtait à remonter l’autoroute E411. À bord, les agents ont trouvé des cannes à pêche qui ont servi à neutraliser les caméras… tout simplement en déposant des sacs-poubelles sur celles qui étaient situées en hauteur.

Le GSM d’un des occupants du véhicule avait servi de GPS à la bande, et l’adresse de la société y était encodée comme dernière destination. Sur place, les policiers ont constaté qu’un trou avait été pratiqué dans la clôture, et que deux tas de déchets métalliques avaient été formés pour emporter le tout plus facilement.

Comparaissant en correctionnelle pour ces faits, les prévenus ont avoué du bout des lèvres, indiquant qu’ils avaient vu l’occasion de se faire un peu d’argent avec des déchets qu’ils pensaient abandonnés.

Le ministère public avait indiqué à l’audience que bien que mis en fuite par l’arrivée des policiers, les prévenus s’étaient bien rendus coupables de vol puisqu’ils avaient pris matériellement possession du cuivre en le sortant des conteneurs pour faire des tas.

Un des quatre hommes avait déjà été condamné pour des faits de vol en 2013. Le jugement lui inflige huit mois de prison avec sursis et 800 euros d’amende. Les trois autres écopent chacun de six mois de prison avec sursis, et d’une amende de 800 euros.