Un peu plus d’un an après la sortie en librairie des "Curieuses histoires des aventures belges" , qui se sont vendues à plusieurs milliers d’exemplaires, le Waterlootois Yves Vander Cruysen vient de publier un nouvel ouvrage, intitulé cette fois "Curieuses histoires des inventeurs belges" . "Sans la moindre ambition historico-scientifique, j’ai simplment voulu raconter quelques destins, quelques belles genèses qui ont permis à quelques-uns de nos concitoyens de rentrer dans l’Histoire. Avec pour objectif d’offrir aux lecteurs un patrimoine à partager", explique ainsi l’auteur.

Un livre dans lequel on peut ainsi découvrir que la moissonneuse-batteuse a été, à l’Antiquité, inventée par des Belges, que la première automobile est une création issue du plat pays ou encore qu’Internet est une invention belge, accaparée par la suite par les Américains. "Quand on parle d’inventions belges, le moteur à combustion d’Etienne Lenoir, la dynamo de Zénobe Gramme ou encore la bakélite de Baekeland sont parmi les plus cités", explique celui qui est aussi échevin de la Culture à Waterloo. "Mais il y a encore d’innombrables autres inventions dont la paternité est belge." L’ouvrage - qui s’étend sur plus de 300 pages - raconte ainsi l’histoire des différentes inventions belges et dresse un portrait rapide de leurs créateurs. "Au total, une soixantaine de portraits pour une centaine d’inventions sont présentés. Bien sûr, l’ouvrage n’est pas exhaustif. Je me suis attelé à présenter les inventions qui ont laissé des traces et fait évoluer leur domaine tel que celui de la médecine ou des mathématiques. Qui sait ainsi que le système décimal a été inventé par un Belge ? Pratiquement personne."

Car c’est là aussi l’objectif de l’ouvrage : redonner à César ce qui est à César. Beaucoup d’inventions belges sont en effet considérées comme étrangères. "Ce livre permet aussi de récupérer notre patrimoine. Les Français se sont accaparés la paternité de nombreuses de nos inventions car, avant 1830, le dépôt des brevets se faisait à Paris. Il est bon de le rappeler."

Un peu chauvin notre auteur ? Assurément ! Et il le revendique. "Ce n’est pas de la belgitude mais bien de la fierté nationale. Le Belge doit être fier de son patrimoine et se rendre compte que la Belgique a beaucoup apporté. Et puis, cet ouvrage attise la curiosité et permet d’apprendre aux gens certaines facettes du patrimoine belge."

Parmi les inventeurs épinglés, certains sont brabançons wallons. Ainsi qui se souvient encore que le Nivellois Louis Seutin (lire par ailleurs) qui a donné son nom à un lycée aclot et possède un monument en son hommage près de la gare, a permis à la science chirurgicale de faire de grandes avancées ? Ou que l’extraordinaire destin d’Ernest Solvay, qui fonda un véritable empire industriel après avoir découvert un procédé de production de carbonate de soude, débuta en 1838 à Rebecq-Rognon ? Ce natif de Rebecq, qui s’offrit le château de La Hulpe, a donné son nom à des dizaines d’artères en Belgique, en France ou en Allemagne, mais aussi à un astéroïde, ou à une montagne de l’Antarctique

Cela fait près de dix ans qu’Yves Vander Cruysen planche sur cet opus. "La rédaction n’a pris que quelque mois. C’est la recherche de documentation qui prend le plus de temps. Après, rédiger, cela va assez vite. Chaque soir, quand je rentre chez moi vers 23h, je m’installe deux heures derrière mon ordinateur et j’écris un chapitre. C’est une sorte de somnifère pour moi." Yves Vander Cruysen planche déjà sur son prochain tome des Curieuses histoires, qui devraient évoquer les Français qui se sont accaparés le patrimoine belge. Il publiera également un ouvrage sur la période napoléonienne des Cent-Jours ainsi qu’un livre sur la véritable histoire de Pierre Minuit, l’homme qui acheta New York. L’auteur waterlootois dédicacera ses "Curieuses histoires des inventeurs belges", parues aux Editions Jourdan, à la maison du Tourisme, le 25 février de 10h30 à midi.

Y.N. et So. De.