L’école de Mont-Saint-Jean new-look a été inaugurée ce samedi matin.

L’extension et la rénovation de l’école de Mont-Saint-Jean à Waterloo, c’est sans aucun doute l’un des plus gros et importants dossiers qui ait été mené à bien par les autorités communales. Il faut dire que le défi était de taille pour permettre d’agrandir un site qui jouit d’un succès grandissant au fil des ans. Au total, ce ne sont pas moins de dix millions d’euros qui ont été investis alors que les travaux, eux, ont duré plus de deux ans.

Deux années au cours desquelles élèves et enseignants ont dû cohabiter avec les ouvriers. "C’est l’aboutissement d’une longue, belle et périlleuse aventure , résume Florence Reuter, la bourgmestre de la cité du Lion. Je pense que c’est l’un des plus beaux projets qui démontre la belle vitalité de notre commune."

Une véritable renaissance pour ce site qui a vu le jour en 1876… à la demande des habitants du quartier et des alentours. Une centaine d’années plus tard, en 1980, une première extension a été construite pour faire face à la demande sans cesse grandissante. Il s’agit de l’école maternelle du Sagittaire. "À l’époque, on était loin d’imaginer qu’elle serait aussi prisée."

Alors quand, en 2003, l’école a décidé de passer en immersion en néerlandais, c’était la saturation totale. La liste d’attente s’allongeait au fil des années et les autorités communales n’ont eu d’autre choix que de délier les cordons de la bourse pour rénover et surtout agrandir le site de Mont-Saint-Jean. "En 2013, j’ai repris le dossier en main en tant qu’échevine de l’Enseignement , se souvient Florence Reuter. On savait que seule, la commune ne pouvait financer un tel projet."

Une délivrance pour les autorités communales

Dès lors, avec son bâton de pèlerin, la bourgmestre de la cité du Lion a été frapper aux portes afin d’obtenir ces subsides indispensables pour concrétiser ce beau projet. "On est partis du principe que pour obtenir ces subsides, une rénovation n’était pas suffisante : il fallait une extension, et en avril 2014, nous avons obtenu cette promesse de subsides."

Une véritable délivrance pour les autorités communales et le début d’un long et fastidieux chantier. "À la limite, il aurait été plus facile de bâtir une toute nouvelle école, à partir de rien, que de rénover la structure existante avec toutes les difficultés inhérentes à ce genre d’exercice. Nous avions rêvé de les achever en septembre passé, puis en janvier et nous voici finalement en juin. Mais avec le recul, je peux affirmer que ce délai est normal étant donné l’envergure de la tâche. Nous avons choisi de ne pas bâcler le travail, de le peaufiner en faisant de la qualité mais aussi de la sécurité nos deux priorités", complète Florence Reuter.

Aujourd’hui, ce dossier est définitivement bouclé et à terme, l’école de Mont-Saint-Jean pourra accueillir jusqu’à 750 élèves, contre les 500 actuellement. Mais la transition se fera en douceur, à raison d’une nouvelle classe de 25 élèves par an. À noter que non seulement les classes primaires mais également les maternelles peuvent bénéficier de l’immersion : une nouvelle filière complètement bilingue, de la première maternelle à la sixième primaire, est créée, conformément à la demande grandissante.