Policier dans une zone de police bruxelloise, un habitant de Genappe a vu une dame qui se trouvait par terre, entre deux voitures, alors qu’il arrivait tout près de son domicile. La journée avait été longue et éprouvante mais il ne pouvait pas rester sans apporter son aide, craignant notamment qu’un véhicule heurte cette citoyenne en détresse sur la voie publique.

Il s’est garé en double file et s’est approché. La dame était manifestement ivre et son compagnon est arrivé en même temps que les policiers qui n’étaient plus en service. Le ton est monté, le bon Samaritain a précisé qu’il travaillait à la police mais manifestement, ses interlocuteurs s’en fichaient et il a été pris à partie.

La femme du policier, qui exerce dans la même zone, est arrivée sur les lieux et a tenté de s’interposer. Mais à son tour, elle a été malmenée par la Genappienne, qui l’a tirée par les cheveux et l’a griffée au visage. Le mari, lui, a notamment été mordu au mollet. Tous deux ont aussi été menacés. "Si je te vois encore une fois, je te bute !", a annoncé la dame, dans les vapeurs de l’alcool. Elle était véritablement hystérique et il a fallu appeler une équipe de la police locale pour la neutraliser. Elle a été privée de liberté et entendue par la suite, elle s’est excusée, précisant qu’elle était en crise de boisson et qu’elle ne se souvenait de rien.

Citée devant le tribunal correctionnel, elle n’est pas venue réitérer ces excuses puisqu’elle faisait défaut à l’audience. De toute façon, pour le ministère public, dire qu’on a bu ne change rien à la responsabilité de la prévenue. Une peine de douze mois d’emprisonnement a été requise. Jugement le 28 mai.