Voilà l’idée originale qui a été créée par des élèves de rétho et de 5e du lycée de Berlaymont.

Alors que l’écologie et le climat sont au centre des préoccupations depuis plusieurs mois maintenant, une poignée d’étudiants du lycée de Berlaymont à Waterloo a décidé d’agir à sa manière en imaginant une mini-entreprise très originale. L’idée : créer des capsules de café… biodégradables ! "Très vite, nous avons constaté que les capsules de café sur le marché étaient très polluantes, explique Léopold Draguez de Hault, administrateur-délégué de Cap Eco . Afin de remédier à cette problématique, nous avons décidé de commercialiser des capsules de café biodégradables fabriquées en amidon de maïs et en fibres végétales."

Et cette initiative va bien au-delà car elle permet également à des personnes porteuses d’un handicap d’y collaborer. "Nos capsules sont remplies par une entreprise de travail adapté et favorisent donc l’intégration de personnes porteuses d’un handicap dans le monde du travail. Ce point social était très important dans notre mini-entreprise étant donné que nous avons déjà fait du bénévolat et que cela nous a beaucoup touchés."

Concrètement, la petite entreprise waterlootoise a pour ambition de produire trois types de capsules : Ristretto, Décaféiné (issu de l’agriculture biologique et du commerce équitable) et du café à la noisette. "Un café Lungo est également en préparation, complète Léopold Draguez de Hault. L’écologie est un pilier pour nous dans cette mini-entreprise. Nous favorisons ainsi des petits producteurs locaux et bio. Le réchauffement climatique nous concerne tous et en manifestant dans les rues, nous nous sommes dit qu’on pouvait faire encore plus : agir."

Et visiblement, le succès est (déjà) au rendez-vous puisque cette mini-entreprise qui a vu le jour au mois de septembre dernier et qui a commencé à commercialiser ses produits lors des fêtes de fin d’année a presque déjà épuisé son stock ! Une belle initiative couronnée de succès, donc, que les créateurs espèrent inspirante pour d’autres. " Nous espérons pouvoir transmettre aux autres jeunes l’envie de se lancer et de lutter pour le développement durable ", conclut l’administrateur-délégué de Cap Eco. J.Br.