Deux policiers rentrés d’Italie en exemption médicale ; leurs collègues attendent…

On ne panique pas, mais on n’est pas vraiment rassuré dans les rangs de la zone de police Nivelles-Genappe. Et au commissariat, les mesures de précaution sont strictement respectées depuis lundi. C’est que deux policiers sont rentrés d’Italie en car, et il semble qu’une personne qui se trouvait dans ce car ait développé des symptômes du coronavirus.

Les deux membres de la zone de police sont dès lors en exemption médicale, chez eux. Mais l’un d’eux est revenu travailler avant d’apprendre qu’il était potentiellement à risque. Et si son collègue a pu être testé et est en attente des résultats, ce n’est pas son cas.

"Il a fait le nécessaire pour subir un test mais il s’est entendu répondre par les médecins qu’on ne testait pas les personnes qui n’ont pas de symptômes, précise le chef de corps, le commissaire divisionnaire Pascal Neyman. Je ne comprends pas trop mais apparemment, c’est comme ça… Donc il est chez lui pour l’instant, mais il n’a pas été testé."

Évidemment, parmi ses collègues, certains s’inquiètent. C’est qu’au-delà des éventuelles maladies individuelles en cas de contamination au commissariat, la situation serait plus qu’embêtante pour le fonctionnement de la zone. Qui pourrait encore assurer les missions ? Doit-on fermer le commissariat ?

On n’en est (heureusement) pas là mais d’autres responsables se posent la question des précautions à prendre lors les contrôles d’alcoolémie, quand les policiers sont amenés à manipuler les embouts dans lesquels les conducteurs doivent souffler…