Le 29 juillet dernier, la commune d’Ittre était touchée de plein fouet par d’incroyables inondations. Des images qu’on essaye encore de panser actuellement. "C’est malheureux mais il faut savoir qu’encore maintenant, certaines personnes n’ont pas pu réintégrer leur habitation" , déplore Christian Fayt, échevin des Travaux à Ittre.

Mais ce n’est pas pour autant que les autorités communales restent les bras croisés. Que du contraire. De nombreux travaux sont sur le point de débuter en vue de redonner à Ittre son caractère charmant et surtout, de rassurer ses citoyens. "Le 2 février, nous commencerons les travaux de démolition du pont sur la N280 pour le reconstruire ensuite. Cela a pris du temps mais il faut aussi savoir que ce sont en moyenne 6 à 8.000 voitures qui passent par là tous les jours."

D’autres ponts seront également reconstruits et réaménagés. Il s’agit des ponts de la rue De Schoot, de la rue de Baudémont, de la rue aux Cailloux et de la rue du Maustichy. Le tout, pour un montant de près de 230.000 € !

Mais ce n’est pas tout. Pour éviter de connaître une nouvelle catastrophe de cette ampleur, des précautions vont être prises en amont. "Grâce au Contrat de rivière de la Senne et avec le soutien de la Province du Brabant wallon, une étude est en train de se finaliser pour les créations de zones d’immersion temporaires sur les bassins du Ry Ternel, du Ry de Baudémont et du Ry de Fauquez", explique Christian Fayt.

Actuellement, quatre zones sont identifiées : deux sur Braine-l’Alleud et deux sur Ittre pour une capacité de rétention de plus de 90.000m³. « Deux seront également identifiées sur le Ry de Baudémont pour une capacité de 36.000m³ et une sur le Ry de Fauquez d’environ 15.000m³. »

Quant au Fonds de solidarité, il a déjà atteint la coquette somme de 60.000 €. "Nous avons établi quelques critères afin de mettre sur pied une grille de répartition en fonction des besoins de chacun" , conclut l’échevin ittrois.