Brabant

Hier soir, les navetteurs qui prennent le train à Braine-l’Alleud pour se rendre au travail à Bruxelles ont terminé pour la dernière fois leur journée par une séance de grattage de pare-brise, au milieu du blizzard sur le parking de la SNCB.

Dès lundi matin, ils seront à couvert, et leur véhicule également : le nouveau parking souterrain de trois étages construit de l’autre côté de l’ancien pont Courbe entrera en fonction. Et le parking historique à l’air libre, comprenant 175 places à côté de la gare, sera fermé. Le nouveau parking Sud, lui, a une capacité d’accueil de 429 véhicules. En sortant sous la dalle qui a remplacé le pont Courbe, en trois minutes, montre en main, vous serez sur le quai 1 de la gare, prêt à sauter dans le train pour Bruxelles.

L’entrée des véhicules est prévue au niveau 0 et la sortie est au - 1. Pas de long détour à prévoir, la rampe d’accès depuis la voirie qui passe au-dessus des voies est directe, entre la nouvelle dalle et le parking du magasin Match.

"Ces parkings sont conçus pour le confort des utilisateurs des trains , explique la SNCB . Ils sont situés le plus près possible des quais, pour gagner du temps et être sûr d’avoir une place en arrivant le matin."

Un confort qui est à découvrir gratuitement durant un mois. Après, il faudra passer à la caisse, avec des prix donnant la préférence aux abonnés du train : ceux-ci pourront se garer pour 1 € par jour ou 55 € par trimestre. Le simple automobiliste à la recherche d’une place proche de la gare mais qui n’est pas client de la SNCB paiera 3,6 € par jour. Et après six mois, on passe à une autre phase avec le placement de barrières et d’horodateurs, et des tarifs qui s’aligneront sur ceux pratiqués à Ottignies. Soit 260 € pour un abonnement annuel. L’investissement de la SNCB pour ce nouveau parking est de 6 millions d’euros, un montant qui ne tient pas compte des expropriations avant construction.

A partir de lundi, Braine-l’Alleud comptera donc un parking souterrain de 429 places. Mais ce n’est qu’un début. Il y aura aussi un parking Nord dont les travaux vont commencer et qui se situera juste à l’emplacement du parking actuel, à la place Sainte-Anne.

Il devrait être réalisé dans les deux ans par la SNCB et offrira une capacité d’environ 550 places. L’investissement prévu est identique à la réalisation qui vient de s’achever, soit 6 millions d’euros. Et la Ville, de son côté, nourrit d’autres projets : un parking Est et un parking Ouest, d’environ 400 places chacun, qui compléteront l’offre. Le premier prendra place à côté du commissariat de police. Il s’agit d’une première étape de travaux en vue de construire la cité administrative qui prendra place sur la dalle de l’ancien pont Courbe. Le budget nécessaire à cette réalisation sera soumis au conseil communal lundi. L’autre parking souterrain est prévu sur le site de l’ancien lycée. Et si on y ajoute le parking Centre dont les travaux sont en cours derrière l’hôtel de ville, avec une centaine de places, on arrive à un total de 2 000 places pour se parquer sous terre dans les cinq ans. Une nouvelle conception du stationnement en ville ! "Les parkings de la SNCB sont payants mais pour les parkings en ville, le principe que nous voulons garder est la gratuité", précise le bourgmestre Vincent Scourneau. Une gratuité nuancée : dans les rues de la ville en dehors des grandes artères commerciales, il n’y aura pas d’horodateur mais tout sera placé en zone bleue. Il s’agira donc d’un parking gratuit à durée limitée.