Il y avait de l'agitation ce jeudi matin sur l'aire d'autoroute de Bierges. Plusieurs acteurs de l'Horeca du Brabant wallon, mais également des forains, des traiteurs et des brocanteurs s'y sont donné rendez-vous pour mener une action "escargot" sur la E411 jusqu'au gouvernement wallon, à Namur, afin de manifester leurs revendications. Encadrés par la police, ils ont pris le départ peu avant 9 heures vers Namur, à 70 km/h sur les deux bandes de droite. Ils seront rejoints sur place par leurs homologues partis de Mons, Charleroi, Mouscron, Villers-le-Bouillet ou encore Ciney et Fernelmont.

Après les actions menées à Nivelles, Waterloo, Wavre et Rixensart il y a quelques semaines par l'Horeca et le "stop challenge" lancé sur les réseaux sociaux la semaine dernière, les secteurs en difficulté continuent de faire pression sur les autorités. On sait que le gouvernement wallon doit discuter ce jeudi d'une éventuelle prolongalation du couvre-feu au-delà du 1er mars. 

Les revendications sont sensiblement les mêmes que celles émises ces dernières semaines. "On veut une réouverture pour tous les acteurs de l'Horeca, sans exception, le 21 mars. Pas question de laisser fermer un secteur, insiste Maxence van Crombrugge, restaurateur à Genappe. On demande également la levée du couvre-feu, pour que les cafetiers puissent retravailler normalement, ainsi que des primes à hauteur de celles octroyées en Flandre qui sont huit fois supérieures. Enfin, on exige une concertation sociale avec les acteurs de terrain pour discuter du protocole sanitaire et qu'on ne laisse plus ces réflexions être menées par des mathématiciens."

© Geerts

© Geerts