Les autorités communales de Tubize prennent les devants en cas de demande de Proximus.

Il y a plusieurs semaines, Proximus annonçait le lancement d’une version "light" de la 5G dans plus de trente communes du pays. En Brabant wallon, Wavre, Braine-l’Alleud et Louvain-la-Neuve étaient choisies mais la nouvelle n’a pas été vue d’un bon œil. Pas (encore) concernée par l’arrivée de la 5G, la Ville de Tubize a souhaité se positionner sur le sujet. Lors du dernier conseil communal, la 5G est donc arrivée sur le banc des édiles. "Le collège regrette l’attitude cavalière de Proximus qui a suscité la polémique en annonçant le déploiement de la 5G , lance Michel Januth, le bourgmestre. Il s’agit d’une technologie qui suscite beaucoup de questions car on manque d’informations."

De manière préventive, les autorités communales vont questionner la ministre wallonne de l’Environnement afin de connaître ses intentions. "Nous allons également demander de suspendre le déploiement de la 5G sur notre ville si jamais c’était prévu. Nous n’avons pas encore pris de position sur le sujet car nous n’avons pas été saisis par une quelconque demande mais nous tenons à réagir pour calmer les ardeurs de Proximus au cas où ils aimeraient s’installer à Tubize."

Les autorités communales attendent d’avoir des informations concrètes sur la 5G et ses potentiels dangers mais une tendance se dessine : celle du refus. "Pour la Ville, il est essentiel de disposer d’études et d’analyses pour nous positionner. Je m’engage à communiquer les résultats dès que nous les recevrons. En attendant, nous allons donc bien écrire à la ministre car même si nous ne sommes pas dans les 30 communes visées, on n’en veut pas. Je ne suis pas un expert mais l’impact environnemental et pour la santé publique semble important" , conclut Michel Januth.