Imposer une consigne de 5 ou 10 centimes sur les canettes et bouteilles en plastique pour encourager les citoyens à davantage les recycler et éviter que ces déchets ne se retrouvent dans la nature. Telle est l’idée de la plateforme : “L’Alliance pour la Consigne”, à l’étude dans bon nombre de communes en Wallonie.

À La Hulpe, le Collège a préféré rejeter la motion introduite de manière conjointe par la minorité (DéFI, Ecolo et Liste des Citoyens). Sans l’écarter définitivement. “On ne veut pas être négatif, mais pour nous, il faut aller plus loin dans le raisonnement, a expliqué Christophe Dister, le bourgmestre. On est d’accord sur l’objectif mais mettre en place une consigne c’est attaquer le problème par le mauvais côté. Je ne suis absolument pas sûr que cela va encourager ceux qui jettent leur canette par terre à changer leurs habitudes. D’autant plus qu’on ferait également payer la note aux citoyens qui font attention, au lieu par exemple de viser les producteurs de canettes eux-mêmes par exemple. Ce qui aurait pour moi beaucoup plus de sens.

On est d’accord, le ramassage de canettes et bouteilles en plastique via les sacs bleus est un bon système, mais qui n’est pas optimal au vu de celles que l’on retrouve dans nos cours d’eau et/ou la nature, milite Patrice Horn, conseiller communal DéFI. L’idée se veut donc complémentaire au système de ramassage actuel, bonne pour l’environnement et les animaux, tout comme pour la propreté publique en général. De nombreuses communes en Belgique ont déjà montré leur soutien au projet. Le système est d’ailleurs déjà d’application en Allemagne ou plus récemment aux Pays-Bas.

Le Collège la hulpois a alors rappelé qu’un projet piloté de consignes sur les canettes est actuellement en test en Wallonie et qu’il n’a pas encore livré ses résultats. Ce qui rendrait l’adoption de la motion prématurée à l’heure actuelle. “Nous ne souhaitons pas nous “emprisonner” dans un système qui s’il est intéressant, doit encore évoluer. L’actuel – via les sacs bleus – permet déjà de recycler 95 % de ces déchets (selon des chiffres de FostPlus), il ne faudrait pas non plus le mettre à mal en lançant ce système complémentaire”, a conclu Christophe Dister.

Gérald Vanbellingen