La troisième tentative sera-t-elle la bonne pour le groupe Eneco Wind ? La société, spécialisée dans la création d’éoliennes, a en effet récemment introduit une nouvelle demande de permis concernant la construction de douze éoliennes réparties sur les communes d’Eghezée, Orp-Jauche et Ramillies, sur la plaine de Boneffe.

L’enquête publique démarre aujourd’hui et permettra aux habitants des trois communes concernées - mais également d’autres citoyens étant concernés par le projet - de faire part de leurs remarques et critiques - favorables ou défavorables au projet - jusqu’au 18 septembre, date de clôture de ladite enquête publique.

Un projet qui devrait une nouvelle fois s’attirer les foudres des habitants de la région (lire ci-dessous), eux qui ont déjà réussi, par deux fois, à faire casser par le Conseil d’Etat le permis octroyé par le ministre wallon de l’Aménagement du territoire de l’époque, un certain Philippe Henry.

En août 2011, le ministre Ecolo avait en effet accordé, sur recours, une première fois le précieux sésame à Air Energy - aujourd’hui rebaptisé Eneco Wind - avant que le permis soit finalement recalé par le Conseil d’Etat.

Un an plus tard, on prenait les mêmes et on recommençait. Le ministre Henry attribuait à nouveau son permis au groupe éolien. Un permis à nouveau annulé par le Conseil d’Etat, principalement en raison d’un potentiel dépassement des limites en ce qui concerne les nuisances sonores.

Aujourd’hui, Eneco revient donc à la charge. Au menu : toujours douze éoliennes d’une hauteur maximale de 150 m d’une puissance totale de 39,6 MW et qui produiraient assez d’électricité pour assurer la consommation de près de 20 000 ménages. Soit davantage que les populations cumulées des trois communes concernées.

Selon Eneco, le nouveau projet respecterait les normes en vigueur, tant au niveau des nuisances sonores qu’en fonction de l’éloignement des habitations, les premières étant situées à plus de 700 m. Quant à la préservation de la biodiversité, Eneco précise que des mesures seront prises pour préserver l’avifaune sur l’ensemble du site, soit sur plus de 41 ha.

Enfin, il est à noter qu’au moins deux éoliennes devraient être cédées à l’ASBL citoyenne HesbEnergie.



Combat avec les riverains

Le projet de douze éoliennes porté par le groupe Eneco sur la plaine de Boneffe est à peine à l’enquête publique qu’il soulève déjà pas mal de critiques de la part des riverains du site.

Lesquels estiment que l’arrivée de ces éoliennes à cet endroit générera une pollution visuelle importante et nuira à l’intérêt paysager du site mais également à l’avifaune.

Dans ses vœux de fin d’année dernière, le collectif Plaine de Vie espérait que "cette année 2015 marque la fin définitive du projet éolien sur la plaine de Boneffe" .

Si une première bonne nouvelle est arrivée en juin avec la décision du Conseil d’Etat d’écarter définitivement la première demande de permis, une mauvaise nouvelle a suivi avec la volonté d’Eneco de continuer le combat. "Si nous avons gagné au mois de juin, le promoteur revient à la charge avec un nouveau projet , précisent les responsables du collectif citoyen, sur leur site Internet et leur page Facebook. Ce projet repart du début avec une nouvelle enquête publique. Cette plaine est trop belle que pour être sacrifiée ainsi."

Autant dire que le combat entre Eneco et les riverains du site risque de se prolonger encore quelques mois. Et que, si d’aventure le ministre wallon de l’Aménagement du territoire, Carlo Di Antonio, accordait le permis, il est fort probable que le Conseil d’Etat soit à nouveau amené à statuer, un recours des riverains étant quasiment inévitable.