Brabant

Le ministre wallon de la sécurité routière Carlo Di Antonio confirme jeudi, dans un communiqué, avoir décidé de rétablir le statut "route pour automobiles" de l'ensemble de la nationale 25. Les véhicules lents, dont les convois agricoles, ne pourront donc plus l'emprunter. Pour permettre aux agriculteurs de terminer la saison betteravière, cette mesure entrera en vigueur à partir du 1er janvier 2020. La RN25 pourra toujours être empruntée par des convois exceptionnels moyennant une autorisation spécifique. Des mesures d'accompagnements sont également prévues, précise le ministre.

Ces mesures d'accompagnement sont le renforcement et la réhabilitation de la N237 à Court-Saint-Etienne, et le réaménagement partiel du stationnement à la rue de Ways, à Genappe. Par ailleurs, un radar tronçon sera installé sur la RN25 à hauteur de Bousval afin de sécuriser le tronçon de la nationale situé entre Court-Saint-Etienne et Ways. Ce dispositif sera également mis en service à partir du 1er janvier 2020. L'annonce de l'intention du ministre Di Antonio d'interdire la RN25 aux convois agricoles avait provoqué il y a deux ans une levée de boucliers du monde agricole en Brabant wallon, ainsi que des bourgmestres des communes traversées par cet axe important. "Le volume de trafic très élevé, la présence de véhicules lents et le problème de différentiel de vitesse entre ces véhicules lents et les automobilistes concourent à faire de la RN25 la route la plus accidentogène dans le cadre de la cohabitation entre tracteurs agricoles et voitures: on y constate en effet quatre fois plus d'accidents que sur d'autres routes similaires", répond le ministre. Celui-ci précise aussi que d'autres options ont été envisagées comme l'utilisation des bandes d'urgence et l'abaissement de la vitesse autorisée à 90 km/h, mais cela ne répondait pas aux problèmes de sécurité routière rencontrés.