Brabant Le secrétaire Kevin Charlier a démissionné en mettant les pieds dans le plat.

Secrétaire provincial de Défi mais aussi secrétaire de la section locale de Braine-l’Alleud depuis 2014, Kevin Charlier a envoyé cette semaine une lettre de démission : il travaille dans la capitale et a décidé de poursuivre à Bruxelles son engagement politique et associatif. Le courrier envoyé aux membres annonce cette décision et souligne l’expérience positive que retire le secrétaire de son passage dans les instances provinciales.

Mais lorsque Kevin Charlier demande aussi d’acter "avec effet immédiat" sa démission au sein de la section brainoise, le ton se fait beaucoup plus dur. La section est comparée à une "coquille vide", et il est aussi question d’un véritable "sabordage" de l’action du parti - qui compte un conseiller communal - au sein de la minorité.

Le secrétaire démissionnaire ne cite pas de nom mais il vise directement le président Olivier Gasia, et nous l’a confirmé lors d’un contact. Pour lui, la situation en interne n’est plus tenable, avec un président de section (lire ci-contre) qui adopte des positions proches de celle de la majorité en place tandis que le conseiller communal Christian Ferdinand (et les quelques membres actifs de la section qui restent encore) veut travailler avec les autres partis de l’opposition.

"J’ai tiré la sonnette d’alarme au niveau provincial et au niveau régional. Ce n’est plus viable, les militants partent… J’espère obtenir un rendez-vous avec Olivier Maingain pour clarifier la situation", indique Kevin Charlier.


Mis en cause par Kevin Charlier, Olivier Gasia, le président de Défi Braine-l’Alleud, ne nie pas des divergences de vue au sein de la section. Ni même se sentir proche des options de la majorité MR en place à Braine alors que le conseiller communal Défi Christian Ferdinand mène au conseil communal une opposition plutôt ferme. " J’ai appris à relativiser et à faire le gros dos", glisse-t-il en refusant d’entrer dans la polémique.

Pour lui, tout pourrait se régler après les grandes vacances, lorsque les instances de la section locale seront renouvelées. En fonction des personnes qui se diront prêtes à s’impliquer dans la refonte de la section et de leur motivation, le président actuel décidera s’il veut continuer l’aventure ou s’il jette l’éponge.