Un recours du demandeur est toutefois toujours possible.

Ils étaient une bonne trentaine ce mardi soir à attendre impatiemment le début du conseil communal de Lasne. Et, malgré les deux heures d’attente suite à un point discuté à huis clos, une vingtaine d’entre eux sont restés pour entendre le positionnement de la commune sur le projet immobilier de cinq maisons au plateau d’Anogrune.

La commune de Lasne s’est finalement prononcée à l’unanimité contre la demande d’ouverture de voirie, nécessaire pour mener à bien le projet. " Le dossier a soulevé beaucoup d’inquiétudes, notamment par rapport à la préservation des paysages, explique Julie Peeters, l’échevine de l’Aménagement du territoire. Et, même si le dossier est plus conforme que celui déjà introduit en 2009, il ne démontre pas assez que ce paysage sera correctement préservé. On propose donc de voter contre cette demande ."

Une décision grandement saluée par l’opposition, qui a toutefois demandé qu’une réflexion plus profonde encadre le plateau d’Anogrune. Et qu’une participation citoyenne soit mise en place à l’avenir.

" Voter non contre ce projet, c’est très bien, mais il ne faut pas s’arrêter là, a expliqué Laurent Masson (Ecolo). Car un Plan communal d’aménagement (PCA) et même un PCA dérogatoire étaient déjà étudiés à l’époque. Il faut absolument reprendre le travail débuté en 2009 pour avoir une vision d’ensemble pour le plateau. "

L’échevin de l’Urbanisme Alexis della Faille, ancien avocat du promoteur, a signalé qu’il " aurait dû se retirer de ce dossier dès le départ ". Ce qui est désormais le cas.