La Ville a eu l’accord du carillonneur, de la fabrique d’église et du doyen.

L’initiative se répand un peu dans toute l’Europe: chaque jour à 20 h, les habitants confinés applaudissent aux fenêtres pour rendre hommage au travail du personnel soignant. A Nivelles, depuis deux jours, le centre-ville n’est pas submergé par les applaudissements mais certains tentent de relayer ce bel élan. Et des citoyens ont interpellé le bourgmestre Pierre Huart, avant-hier, pour que le carillon de la collégiale sonne lui aussi.

Belle idée mais il fallait l’accord du carillonneur, de la fabrique d’église et du doyen. Les différents contacts ont été pris et ce vendredi, le maïeur aclot confirme: ce soir à 20 h, les deux bourdons (les grosses cloches) de la collégiale Sainte-Gertrude vont sonner.

Le carillonneur ne devra pas monter dans la tour du clocher pour les actionner: un système informatique permet de programmer cela à distance.

Quant à savoir si les cloches vont sonner uniquement ce vendredi ou tous les jours à 20 h, ce n’est pas encore fixé à ce stade.

« Il faut tenir de certaines remarques qui me sont revenues de la part des citoyens: à cette heure-là, il y a des habitants qui ont aussi besoin de calme, et notamment une partie du personnel soignant s’il est en repos en soirée, indique Pierre Huart. Le carillon sonnera en tout cas ce vendredi. Et c’est un peu un retour aux sources: avant les réseaux sociaux et toutes nos technologies, le carillon informait les habitants et sonnait dans les moments de joie comme dans les moments de peine. »