Les humanistes proposent deux autres pistes pour l’éviter.

Après avoir vu l’arrêt de "son" contournement, celui de Perwez, "ordonné" par les ministres Henry et Borsus il y a quelques jours, André Antoine (CDH), ainsi que deux autres humanistes, Julien Matagne et François Desquesnes, plaide à présent pour l’arrêt du projet… du contournement Nord de Wavre ! C’est en effet en ce sens qu’une proposition de résolution a été émise au sein du Parlement wallon.

Selon eux, depuis plusieurs années, des citoyens et des associations s’opposent à ce projet en avançant deux arguments en particulier. "Le projet de contournement ne constituera pas une solution aux problèmes de circulation car le zoning Nord de Wavre est installé dans un cul-de-sac. Le contournement envisagé ne fera que renforcer les problèmes de circulation et amènera une urbanisation anarchique supplémentaire, expliquent-ils. De plus, le projet traverse une zone particulièrement riche en biodiversité, en paysages et patrimoine archéologique et historique, notamment des sites Natura 2000. Les dégâts occasionnés par cette nouvelle voirie seront irrémédiables."

Pour les humanistes, ce projet de contournement Nord de Wavre n’a donc aucune raison de voir le jour et ils proposent d’autres pistes pour améliorer la mobilité à cet endroit plutôt critique. "Nous proposons tout d’abord de relancer le dialogue avec les autorités locales des communes de Wavre et de Grez-Doiceau ainsi qu’avec les associations et les citoyens, continuent-ils. Il faudrait également réaliser une étude sur les alternatives au contournement Nord de Wavre en examinant notamment l’amélioration des infrastructures, en particulier au niveau de la sortie 5/5bis de l’autoroute E411 à Bierges. Ensuite, le développement d’une offre de mobilité douce privilégiant le recours au vélo, aux transports en commun (notamment la ligne 22 du Tec), au covoiturage et aux navettes à l’intérieur du zoning devrait être étudié également."

Après l’annulation du contournement de Perwez qui, lui, semblait indispensable à ses yeux, André Antoine milite à présent pour l’annulation de celui de Wavre.