Les incivilités malmènent la santé des animaux. La SPA est descendue sur les lieux.

Les promeneurs et les joggeurs en ont l’habitude. Depuis février, ils ne peuvent que contempler un lac mis en assec. Quèsaco ? "Assainir ce lac, c’est surtout redonner une vie aquatique diversifiée dans toute la zone immergée, nous racontait Jean-Claude Mangeot, le garde forestier de l’UCLouvain cet hiver. La vase qui est au fond doit se retrouver à l’air libre au moins cinq mois. Vous allez me dire : ‘Pourquoi autant de temps ?’ Parce qu’il faut permettre à la végétation, c’est-à-dire aux graines en anaérobie, de pouvoir germer." De cette manière, la vase stérile au contact de l’air redevient fertile. Les plantes pourront à nouveau pousser et jouer leur rôle de phytoremédiation.

Or, si ce processus est indispensable, il met en lumière un problème récurrent : les incivilités des habitants, des commerçants et des promeneurs, ce qui a le don d’agacer le garde forestier, qui a pris les devants. "J’ai remarqué que plusieurs oies n’allaient pas bien, explique-t-il. Elles ne meurent pas de faim, contrairement à ce que j’ai entendu. Elles ont à manger en suffisance bien que le lac soit vide. Il y a assez de végétaux pour les rassasier. Le problème, c’est l’eau et les mauvais raccordements d’égouts qui sont reliés au lac." Résultat : les oies boiraient de l’eau impropre.

C’est pourquoi la Société protectrice des animaux (SPA) est descendue sur les lieux ce mercredi sur le coup de 13 h 30, en présence du garde forestier.

La situation n’est pas encore alarmante. "Les oies ont été examinées. Les résultats seront connus prochainement. Pour le moment, elles restent ici, autour du lac."

Mais le garde en profite pour jeter une bouteille… dans le lac. "Il faut que les incivilités s’arrêtent. On déverse tout et n’importe quoi dans ce lac. Par exemple, quand les habitants ou les commerçants nettoient et versent ensuite leur seau d’eau dans l’égout avec des produits d’entretien, cela atterrit dans le lac. Je fais aussi mon maximum en essayant de verbaliser du mieux que je peux, notamment les promeneurs qui ne tiennent pas leurs chiens en laisse et qui stressent les animaux. Mais pour le reste, je suis impuissant. Que fait l’UCLouvain ? Et surtout, que fait la Ville ?" s’interroge-t-il.

En octobre, le lac sera à nouveau rempli d’eau… et de bons réflexes ?