Sacré coup dur pour la commune et le CPAS de Grez-Doiceau : à la surprise générale, la fonctionnaire déléguée vient de recaler le projet de la nouvelle maison de repos et de soins de 97 lits, censée remplacer le home actuel.

La direction régionale de l’aménagement du territoire de la Région wallonne pointe plusieurs éléments problématiques du dossier, notamment l'impact paysager du bâtiment de quatre niveaux situé sur une colline, son aspect "hospitalier" et son intégration dans le quartier résidentiel ainsi que des problèmes de mobilité. En outre, une dérogation au plan de secteur est nécessaire, puisqu'il s'agit d'une zone agricole, située entre la ruelle des Foins et le sentier des Cinq Bonniers.

Cette décision de la Région wallonne étonne le collège communal, alors que tous les feux semblaient être au vert. Stupéfaction aussi face aux remarques reprise dans la décision de refus du permis. Sur la question de l'impact paysager et de l'intégration dans le quartier, le président du CPAS rappelle que des plantations entoureront le site. "L'élément plus surprenant, c'est au niveau de la mobilité, poursuit Benoît Magos. On a réalisé un beau travail avec les riverains pour prendre en compte l’impact sur la mobilité avec des simulateurs de trafic. On en est arrivéà la conclusion que le trafic généré par la maison de repos sera anecdotique. La commune a par ailleurs mandaté un bureau d'études pour analyser plus en profondeur l'impact sur la mobilité. En outre, on a acheté un terrain afin d’élargir la rue. Et dans la foulée, on améliore le rond-point et on crée une piste cyclable."

La commune, qui a déjà fait savoir qu'elle introduirait un recours au gouvernement wallon, regrette fortement le coup de frein dans ce dossier qui sera retardé de plusieurs mois. Le début du chantier était prévu pour début 2022 pour une inauguration début 2024. Le home actuel, qui "fête" cette année ses 40 ans, ne devrait plus tenir que deux ou trois ans, estime le président du CPAS.