Un bâtiment différent sera choisi chaque jour pour immobiliser l'activité et ainsi pousser la direction du groupe biopharmaceutique à faire marche arrière à propos de la non-reconduction de la CCT 90. Cette convention collective de travail déterminait depuis une dizaine d'années les modalités d'octroi de primes bonus annuelles pour les ouvriers et les employés.

La direction de GSK avait annoncé à la fin de la semaine dernière qu'elle ne souhaitait pas reconduire cette CCT 90, afin d'harmoniser le système de bonus et l'aligner sur celui appliqué aux cadres. Ce que conteste la FGTB, qui affirme qu'il en résultera une perte d'au moins 1.000 euros nets par an pour les ouvriers et les employés. Le syndicat socialiste a décidé de choisir un bâtiment chaque jour pour en organiser le blocage. "Les personnes concernées sont averties et la plupart ne viennent pas travailler si c'est leur bâtiment qui est désigné. Cela a bien fonctionné ce mercredi et nous avons expliqué à ceux qui étaient tout de même présents les raisons de notre combat. Certains travailleurs d'autres bâtiments ont aussi débrayé: l'usine tourne au ralenti. Demain, un nouveau bâtiment sera choisi et nous agirons avec la même fermeté", indique le délégué principal FGTB Imdat Gunes.