Brabant Un citoyen alerte la Ville sur l’intérêt d’une fausse grotte en cours de démolition.

Des travaux sont en cours depuis peu dans une propriété privée située le long du boulevard de la Dodaine. Un double chantier en réalité : il s’agit d’un côté de travaux d’extension pour l’intercommunale inBW, et de l’autre de terrassement pour faire sortir de terre un projet immobilier privé.

Et à la faveur de ces travaux, on aperçoit de très grosses pierres, pratiquement des rochers, qui formaient en réalité une fausse grotte dans cette propriété privée ancienne. Pas mal de Nivellois ont été intrigués et l’un d’eux vient d’écrire à la Ville pour communiquer le résultat de ses recherches sur ces pierres.

Selon lui, la "grotte" a été construite avec des matériaux provenant de la démolition des remparts de la Ville, mis en vente par adjudication en 1813. "Ces pierres parfois volumineuses sont de l’eurite, de même nature que le kaolin qu’exploitaient les faïenceries Boch, à la chaussée de Braine-le-Comte, complète ce fin connaisseur de l’histoire de Nivelles. Le filon d’eurite apparaît à Monstreux, passe à Nivelles au niveau de la maison du Flambeau pour se terminer et plonger sous les couches géologiques à la rue Coquerne. Ce matériau fut exploité abondamment au Moyen-Âge pour l’édification des remparts et de leurs tours, en association avec nos moellons nivellois en calcaire gréseux. On le trouve en maints endroits dans la collégiale."

D’où l’appel lancé à la Ville pour récupérer ce matériau particulier dont les anciens sites d’exploitation ont aujourd’hui disparu. Alerté, le bourgmestre Pierre Huart a fait suivre le courrier aux spécialistes de la Région wallonne afin qu’ils examinent l’intérêt de cette (re)découverte.