Après un accident sérieux en août dernier, la Ville et la zone de police vont réagir fermement.

C’est une scène qui n’étonnera pas les Nivellois : dans le centre-ville, où les places de parking sont parfois difficiles à trouver, il arrive qu’un automobiliste pressé se gare sur un arrêt de bus pour aller faire une course rapide au magasin tout proche, pour charger ou décharger un passager, voire juste pour faire la causette avec une connaissance.

C’est évidemment interdit, et ces voitures garées qui empêchent les bus de s’arrêter sur les emplacements prévus agacent particulièrement les chauffeurs des Tec. C’est que les conséquences sur la fluidité du trafic mais aussi sur la sécurité des autres usagers et des clients peuvent être désastreuses.

Le 25 août dernier, alors que les arrêts de bus de la Grand-Place étaient occupés par plusieurs véhicules en stationnement, un conducteur a dû prendre en charge un client en restant sur la voirie. Il s’agissait d’une personne âgée, qui a rencontré des difficultés pour monter à bord et est finalement tombée. La victime a eu une partie de la jambe ouverte, et une ambulance est intervenue pour la conduire à l’hôpital.

Les TEC, suite à cet accident, ont averti la Ville de Nivelles et demandé une réaction de la police locale. Le message est bien passé puisque le bourgmestre, Pierre Huart, mercredi, a précisé publiquement que le temps des actions répressives était venu. Et que des actions de la police seront menées sous peu.

L’échevin du Commerce, Benoît Giroul, a été mandaté pour sensibiliser les commerçants de la Grand-Place afin qu’ils attirent l’attention des clients sur cette problématique. "Nous avions déjà mené des actions préventives avant l’accident, et même verbalisé plusieurs fois, précise le chef de la zone de police, le commissaire divisionnaire Pascal Neyman. Mais nous allons encore accentuer notre action, via les agents de quartier et le pôle roulage. Nous dresserons P.-V. en cas d’infraction - l’amende est de 58 euros - et l’on pourra aller jusqu’au dépannage de la voiture en cas de stationnement dangereux."

C’est valable pour la Grand-Place mais aussi à d’autres endroits. Petite nuance : une tolérance existe à Nivelles pour ceux qui se garent quelques minutes sur les arrêts de bus en dehors des heures de passage du Tec, et la police ne compte pas rompre avec cette tradition.