Les parkings de dissuasion Delta (386 places) et Herrmann-Debroux (175 places - dont 115 illicites sous le viaduc) deviendront payants à la fin de l’année prochaine, annonce l’agence régionale de stationnement brussels.parking. Le parking Stalle sera lui aussi payant mais après son extension à 800 places. Le chantier démarrera au mois de février 2021. Ces parkings seront équipés en mode park & ride (P + R) : ils seront sécurisés et équipés de barrières.

Tarifs similaires

Les tarifs appliqués seront les mêmes que pour les parkings du Ceria et de Crainhem. Ils vont de 60 €/an +1,5 € par jour d’utilisation pour les navetteurs à 100 € par mois pour les abonnements classiques. Actuellement, les parkings Delta, Herrmann-Debroux, Stalle (380 places, bientôt 800) et Roodebeek (189 places) sont en accès libre. Problème, surtout à Delta, ces parkings sont souvent remplis de voitures ventouses restant stationnées parfois plusieurs jours durant.

À terme, ces deux parkings devraient néanmoins disparaître. Dans le cadre du plan d’aménagement directeur (PAD) Delta/Herrmann-Debroux, perspectives.brussels travaille à un remembrement complet de cette zone. Le volet mobilité prévoit de supprimer les parkings Delta, ceux situés sous le viaduc Herrmann-Debroux et de réduire celui situé à hauteur du shopping d’Auderghem (supermarché Carrefour, Brico, etc., autrement appelé site Redevco, doté de 1 383 places de parking) et d’en créer un nouveau de 800 à 1 500 places en sous-sol face à l’Adeps. Le site Redevco serait alors urbanisé. "La volonté est ici de faire en sorte qu’il n’y ait plus de parkings de transit trop loin dans la ville", explique le directeur de perspectives.brussels Tom Sanders. Ce projet ne pourrait se concrétiser que si l’Adeps est relié à la ligne de tram 8. Cette ligne rejoindrait le site de l’Adeps à hauteur du shopping d’Auderghem Les navetteurs pourraient alors se garer dans ce nouveau parking puis prendre soit le tram 8 soit le métro à Herrmann-Debroux. Pour mémoire, le projet de tram 8 figure dans le plan d’investissement de la Stib, budgétisé à hauteur de 34 millions d’euros.