La commune doit adapter sa taxe pour répondre au coût-vérité.

Cela faisait plus de 30 ans que de nombreuses taxes n’avaient plus été revues au sein de la cité du Lion. Pour enfin coller à la réalité, les autorités communales se sont mises à l’ouvrage durant de nombreux mois et quelques changements sont à noter. Des changements qui vont fort logiquement obliger les Waterlootois à mettre un peu plus la main à la poche, notamment en ce qui concerne le coût des déchets.

Des taxes plus élevées

Concrètement, à partir du mois de janvier 2020, chaque ménage devra payer dix euros de plus par an pour le traitement de ses déchets. De quoi permettre à la commune de s’en mettre plein les poches ? Pas du tout. "En janvier 2020, nous passerons au ramassage organique mais le problème, c’est que pour le moment, nous ne pouvons nous baser que sur des estimations, explique Florence Reuter, la bourgmestre. Le coût du traitement des déchets pour un ménage composé d’une personne seule sera de 30 euros par an, pour un ménage composé de deux personnes (55 euros) et pour un ménage composé de trois personnes ou plus (75 euros). Cette augmentation n’est donc pas une envie des autorités communales mais bien une obligation légale.

Sacs mauves

Dès janvier, le prix du sac sera de 50 cents. Dans le courant de l’année 2020, les sacs mauves, qui permettront de remplacer les sacs bleus avec plus de plastiques recyclables, pourraient faire leur apparition. "Quant aux poubelles à puce, c’est en réflexion mais dans une commune comme Waterloo, c’est plus compliqué à mettre en œuvre, notamment à cause des nombreux appartements", conclut Florence Reuter.

Le commerce de proximité adapté

À côté de la taxe pour les déchets qui augmente, d’autres ont été revues, comme celle sur les commerces de proximité. "Il a été décidé que les 150 premiers mètres carrés seront exonérés, précise Florence Reuter. Par le passé, si un commerce faisait 151 m2, il payait, les 150 aussi, s’il faisait 149, il ne payait pas, ce qu’on ne trouvait pas normal. À présent, ce ne sera plus le cas." D’autres taxes voient par contre le jour comme celle visant les tracts qui sont distribués dans la rue. "Avant, ils devaient obtenir une autorisation. Dorénavant, ils doivent toujours obtenir cette autorisation mais il y a une taxe en plus."

On ajoutera l’augmentation de la taxe pour les taxis et les locations de voitures avec chauffeur qui passe de 185 euros à 300 euros alors que celle concernant les locaux à usage de bureau est aussi revue à la hausse.