Plus de 300 infractions aux mesures sanitaires ont été constatées depuis le début du mois de novembre à Louvain-la-Neuve, a indiqué mardi un commissaire de la zone de police d'Ottignies/Louvain-la-Neuve. Dans la nuit de lundi à mardi, seize appels ont été enregistrés par les services de police pour des tapages dénoncés dans des logements communautaires louvanistes. Quatre constats se sont avérés négatifs, mais seize personnes ont été verbalisées, dont cinq dans un kot de la rue René Magritte, trois dans la rue des Blancs Chevaux ou encore quatre sur la place des Brabançons.

Depuis le 1er novembre, 115 constats ont été rédigés à Louvain-la-Neuve pour des tapages nocturnes. "Ceux-ci feront l'objet de sanctions administratives de 60 à 350 euros, en fonction de la décision de l'agent sanctionnateur", explique un commissaire ottintois.

Durant la même période, 197 procès-verbaux ont été dressés pour des rassemblements illicites et le non respect du couvre-feu dans la cité estudiantine. Ceux-ci ont été transmis au parquet du Brabant wallon qui sanctionnera les contrevenants par le biais d'une transaction forfaitaire de 250 euros.

En cas de récidive, les intéressés se verront signifier une citation directe devant le tribunal.

"Lorsqu'il s'agit d'une infraction à l'arrêté ministériel, comme les rassemblements interdits ou les déplacements non essentiels, le tribunal de police est compétent. Et quand l'infraction concerne un arrêté de police du gouverneur, dont le non-respect du couvre-feu régional (22h00 - 6h00), la transgression est jugée devant le tribunal correctionnel", précise la porte-parole du parquet brabançon à l'agence Belga.