Il y a quelques semaines, plusieurs habitants qui résident non loin de l’autoroute E411 à Wavre lançaient une pétition. Leur grief : le bruit causé par le trafic. Alors certes, en achetant une habitation à quelques encablures d’une autoroute, ils savaient qu’ils s’exposaient à quelques nuisances mais l’augmentation du trafic, le déboisement ainsi qu’un revêtement inadapté ont rendu ce qui était encore acceptable, il y a quelques années, totalement insupportable.

Une motion, votée à l’unanimité du conseil communal wavrien, a d’ailleurs été envoyée aux ministres De Bue et Henry pour, d’une part, limiter la vitesse et d’autre part, renforcer le dispositif de panneaux antibruit sur le tronçon qui longe l’entité. Concernant la première mesure, il paraît difficile de limiter la vitesse à 90 voire 80 km/h sur une autoroute européenne.

En revanche, concernant les murs antibruit, le député Antoine a interpellé le ministre Henry afin de savoir si des aménagements étaient dans les cartons. "Une analyse a été réalisée pour intervenir sur les dispositifs antibruit existants mais qui présentent des problèmes et sur de nouveaux dispositifs à investir, explique Philippe Henry. À la suite de cette analyse, 23 projets ont été validés pour lutter contre le bruit. Concernant l’E411 à hauteur de Wavre, on parle du tronçon entre Rosières et l’aire de Bierges ainsi que de celui après l’échangeur numéro 6 à Ottignies jusqu’à la sortie 7 à Louvain-la-Neuve."

Une réponse qui ne contente qu’à moitié André Antoine. "Il y a une ouverture mais elle n’est pas phasée et on se trouve entre 2021 et 2026 ! Par contre, il y a une certitude : les tronçons évoqués ne couvrent pas la totalité des riverains face au bruit. On risque de se retrouver avec une solution partielle, tardive et qui ne correspond pas aux attentes des Wavriens", conclut l’Humaniste.