Brabant

L’implantation d’éoliennes déchaîne souvent les passions. On verra, le 16 juin prochain, ce qu’en pensent les Nivellois. Plusieurs projets ont déjà fait long feu en terre aclote et une nouvelle enquête publique est en cours.

Cette fois, c’est à la limite de Nivelles et de Seneffe qu’un projet a été introduit. La SA Ventis, après une 1re séance d’information à l’automne, a diminué ses ambitions en sacrifiant une des éoliennes qu’elle envisageait de faire sortir de terre. Il en reste quatre dans le dossier soumis à la population.

Elles seraient implantées à l’est et à l’ouest de l’autoroute E 19, aux lieux-dits Monceau du Berger et Barrière Saint-Michel. La 5e éolienne se situait trop près d’une zone d’aménagement concerté, c’est-à-dire de parcelles destinées, à plus ou moins long terme, à accueillir de l’habitat.

Le dossier complet peut être consulté chaque jour ouvrable de 8 h à midi, et jusqu’à 20 h le mercredi au service communal de l’urbanisme. En plus des quatre éoliennes d’une puissance maximale de 3,4 MW, la demande de la société tournaisienne porte sur la construction d’une cabine électrique et sur l’aménagement temporaire de 2,5 km de chemin.

Une fois n’est pas coutume, ce sont les tenants du projet qui se font le plus entendre à ce stade. Après avoir organisé il y a quelques semaines la visite d’un parc d’éoliennes existant, l’association Vent Plus diffuse à ses contacts un mail à faire parvenir au collège échevinal dans le cadre de l’enquête publique. Il s’agit de supporter le projet ardemment dont le promoteur a accepté le principe d’une participation citoyenne.

Le collège , lui, ne donnera évidemment son avis qu’au terme de l’enquête publique. Côté opposition PS, on annonce que différentes questions techniques seront posées.